In-Out dance festival : 9 jours pour faire vibrer la ville de Bobo-Dioulasso au rythme de diverses cultures

Bobo-Dioulasso a abrité ce samedi 1er février 2020, le lancement de l’acte 7 de In-Out dance festival sous l’égide de la compagnie Tamadia, avec à sa tête Aguibou Bougôbali Sanou ; le patronage de Abdoul-Karim Sango, ministre de la culture et le parrainage de Al-Hassane Siénou, vice-président de la délégation consulaire des Hauts bassins. Placé sous le thème : « 2020, affronter ses peurs », il est attendu pour ce festival plus de 50 artistes venus d’horizon divers pour y prendre part du 1er au 09 février 2020.

Aguibou Bougôbali Sanou, promoteur de ce festival se dit comblé, au regard de la mobilisation l’ors de cette cérémonie de lancement. Le thème, « affronter ses peurs », quant à lui est interpellateur, a-t-il dit. Il ne faudrait pas, s’est-il justifié, se résigner face aux difficultés que traverse le monde notamment les conflits et épidémies avec son corollaire de victimes.

« On doit vivre », a-t-il soutenu, « comme s’il s’agissait du dernier instant et montrer au monde entier que la mort n’arrête pas la vie ». Pourtant beaucoup de difficultés et non des moindres ont failli empêcher la tenue du festival cette année, a précisé Aguibou Sanou, qui ne s’est pas retenu de lancer un cri de cœur à l’endroit des autorités.

Un SOS entendu par le ministre de la culture qui promet désormais un accompagnement du gouvernement à In-Out dance festival. Elle est une activité, a-t-il ajouté, qui s’inscrit en droite ligne des politiques publics du gouvernement du Burkina Faso. Par la puissance de la culture, selon lui, nous devrons résister et bouter hors des frontières du Burkina Faso les phénomènes d’extrémisme violent.

Officiels et promoteur à la cérémonie de lancement officiel de l’acte 7 du festival

Hors mis cet état de fait, il se met en place de nos jours, a-t-il fait remarqué, une industrie culturelle. C’est pour cela qu’un appel de sa part a été lancé à tous ces opérateurs économiques qui ont crûs en cette initiative de croire d’avantage en cela parce que sans la culture, « il n’y a point de développement pour une nation ».

Al-Hassane Siénou, parrain de la cérémonie se dit être animé d’un sentiment de fierté, une fierté également pour la ville de Bobo qui abrite pour la 7ème année consécutive In-Out dance festival.

Tout en félicitant le promoteur pour cette initiative, a-t-il souhaité plein succès à cette activité qui contribue à faire de Bobo ce qu’il a toujours été, la capitale culturelle du Burkina Faso.

Par ailleurs, In-Out festival c’est de la dance, l’art urbain, de l’exhibition, du carnaval entre autres. Pour cette édition les pays invités sont le Burkina Faso, le Bénin, le Mali, le Togo et les Etats Unis d’Amérique.

Abdoul-Karim E. Sanon

Laisser un commentaire