Fusion des ministères de l’environnement, de l’énergie, de l’eau et de l’assainissement: Les environnementalistes se sentent marginaliser

Dans la matinée de ce jeudi 21 avril 2022, les agents de l’environnement de la direction régionale des Hauts-Bassins ont observé un sit-in au sein de leur service. Ils entendent manifester leur mécontentement vis-à-vis du ministère de l’environnement.

Soutenir le syndicat et exprimer leur désaccord de certaines pratiques au sein de leur ministère de tutelle sont les objectifs visés par  le sit-in des environnementalistes de la région des Hauts-Bassins. « Notre mouvement vise à ce qu’on puisse bien organiser le ministère afin d’aider ce gouvernement de la transition à atteindre ses objectifs » a laissé entendre Mamoudou Kandé, porte-parole des manifestants.

Il regrette que sur 13 directeurs régionaux, 45 directeurs provinciaux et 370 services départementaux, aucun cadre environnementaliste n’y est nommé actuellement. Pour lui, les tentatives de nomination des environnementalistes ont été combattues par une « catégorie de responsables forestiers guidés par des avantages personnels ». Il ajoute que ce sont ces derniers qui participent à la désinformation des autorités et orientent le ministère vers des intérêts purement égoïstes.

Ainsi, il signifie que le syndicat national des environnementalistes de l’Etat (SYNAEE) a proposé la création d’une direction régionale par corps de métier, le regroupement des corps civils dans une même direction régionale et les corps paramilitaire dans une autre. Il regrette que ces propositions aient été rejetées.

Par ailleurs, il fait savoir que certains cadres paramilitaires refusent d’assurer pleinement leurs missions. Pour lui, « les forestiers veulent exercer les missions des environnementalistes dont ils n’ont pas les compétences ».

S’adressant au gouverneur de la région, le porte-parole des manifestants des Hauts-Bassins indique que la restauration voulue par les nouvelles autorités doit commencer par mettre fin aux humiliations des civils dans les structures déconcentrées du ministère de l’environnement, de l’énergie, de l’eau et de l’assainissement. Il précise que le travail sur le terrain doit être exercé conformément à la loi et aux attributions de chaque compétence.

Notons que la fusion de plusieurs ministères avec le gouvernement de transition, est l’origine de ce malaise entretenu par les environnementalistes qui se sentent marginaliser dans un ministère qui regroupe environnement, énergie, eau et assainissement.

Moussa Koné (Ouest-info.net)

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.
Copy link
Powered by Social Snap