Forêt classée de Kua : une marche prévue ce samedi à Bobo

Le collectif Fasokooz, organisation spontanée, regroupant une cinquantaine d’organisations de la société civile de Bobo-Dioulasso, organise une marche ce samedi 1er juin 2019, pour protester contre la déclassification d’une partie de la forêt de Kua. Cette manifestation intervient alors que des techniciens chinois ont été aperçus sur le site en train de faire des levers topographiques. Au vu de ces chinois, les agents des eaux et forêts ont également investi ledit site depuis mercredi, pour également manifester leur refus de voir cette forêt détruite.

Judicaël Mamadou Traoré, coordonnateur du mouvement FasoKooz

C’est au cours d’une conférence de presse tenue ce jeudi 23 mai 2019 que le collectif Fasokooz a donné de la voix pour dire non à la déclassification d’une partie de la forêt de Kua. Le collectif invite les populations à sortir massivement pour une marche qu’elle organise samedi prochain à l’intérieur de la ville.

Il faut dire que cette conférence de presse et même la marche annoncée ont été initiées de façon diligente et expresse.
Car le mercredi 22 mai, soit la veille même de la conférence de presse, des techniciens chinois ont été aperçus sur le site.

Présentement dans la ville de Bobo, le débat est très houleux autour de cette forêt dont 16 ha sont la cible d’une destruction, en vue d’y construire un nouvel hôpital, dans le cadre de la coopération sino-burkinabé.

Tandis que les autorités communales persistent pour maintenir le projet de CHU sur le site de la forêt classée, plusieurs organisations, politiques, syndicales et d’organisations de la société civile, montent au créneau pour que celui-ci soit transféré à un autre lieu, vu que la ville compte beaucoup d’espaces encore non exploités, selon ces organisations.
Et avec comme slogan « Kua ? Touchez pas à la forêt !», le collectif Fasokooz envisage d’ailleurs d’organiser sa marche avant même le jour prévu, s’il le faut, en fonction donc de l’évolution des choses, vu que les travailleurs chinois semblent être déjà à pied d’œuvre.


Un sit-in dans la forêt…


Heureusement aussi pour le collectif qu’il peut compter sur la détermination des agents forestiers qui depuis sont aux aguets.
Car, parallèlement à la conférence de presse de Fasokooz, les agents des eaux et forêts étaient aussi en sit-in sur ledit site, toujours dans le cadre de la protestation.

Les agents forestiers en sit-in

En effet, voyant les ouvriers chinois dans la forêt, les agents forestiers de la province, accompagnés de certains de leurs collègues des localités voisines, Kénédougou, Mouhoun et cascades, ont aussitôt pris d’assaut les lieux.

Ils y campent depuis hier mercredi 22 mai 2019 et visiblement ils ne sont pas prêts à lever le camp tant que, à dit leur porte-parole, des actions concrètes ne seront pas engagées pour sauver cette forêt.

A noter que, jusqu’ici aucune des organisations protestataires ne s’est prononcée contre la construction du futur CHU de Bobo. Bien au contraire, selon d’ailleurs les responsables du collectif Fasokooz, « le désir est que ce projet soit maintenu dans la ville, mais sur un autre site autre que celui de la forêt dont l’importance n’est plus à démontrer ».

Wourodini Sanou

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire