Fonds minier pour le développement local : au cœur d’un débat à Bobo

Le 25 juillet 2019, s’est tenu à Bobo-Dioulasso un forum public organisé par le centre national de presse Norbert Zongo (CNP-NZ) en collaboration avec la fondation des médias d’Afrique de l’Ouest, Savane FM et Ouaga FM. L’objectif de cette rencontre a été de décentralisé ces débats qui auparavant ont eu lieu à Ouagadougou.

Pour le maire de Houndé, Dissan Boureima Gnoumou, les défis à relever pour la mise en œuvre de ce fonds est essentiellement la contribution de chaque partie.

Selon Inoussa Ouédraogo, le CNP-NZ dans l’organisation de ce forum est parti du principe que la loi sur le fond minier a été votée depuis 2015 mais que des difficultés perdure quant à son application. Il était donc opportun de regrouper l’ensemble des acteurs autour d’un même plateau afin de trouver la solution pour la mise en œuvre effective du fond minier pour le développement local.

Pour le maire de Houndé, Dissan Boureima Gnoumou, les défis à relever pour la mise en œuvre de ce fond est essentiellement la contribution de chaque partie. Notamment celle des sociétés minières à hauteur de 1% de leur chiffre d’affaire et la contribution du gouvernement à hauteur de 20% des royalties.

Dès le début, les sociétés minières ont estimé que le fonds minier était une nouvelle imposition ; a martelé Alain Yaméogo, directeur des affaires juridiques et des contentieux au ministère des mines et des carrières.

Pourtant dit-il, le gouvernement estimait qu’il s’agissait d’une contribution et non d’une imposition. Il a paru donc nécessaire de se réunir autour d’une même table afin d’aboutir à l’élaboration d’un projet de protocole pour la mise en œuvre de ce fonds.

Certaines sociétés et l’Etat ont convenu des termes du protocole et c’est un pas de gagné, suppose-t-il. L’autre étape est l’appréciation par le ministère en charge de l’économie. En ce qui concerne sa signature, aucune date précise n’est disponible pour le moment.

Par ailleurs l’effectivité du fond minier pour le développement local viendra un tant soit peu soulager les communes minières comme Houndé qui abrite une grande minière. A en croire le maire de cette commune, les besoins de la ville s’accroissent dû à l’affluence de la population causée par l’installation de la société minière. La commune ne peut ainsi à elle-seule déplore-t-il, répondre aux besoins de la population de Houndé.

D’où l’urgence pour lui, que les sociétés minières s’acquittent de ce fonds afin les communes qui les abritent puissent s’en servir pour répondre à certains besoin sociaux des populations.

Abdoul-Karim Sanon

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire