Firaf : c’est parti pour la 2ème édition

« Radio et migration ». C’est sous ce thème que se tient du 11 au 13 février 2020 la deuxième édition du Festival International des Radios d’Afrique Francophone (Firaf). Placé sous le patronage de Charlemagne Abissi, président de l’UNALFA (l’Union Nationale de l’Audiovisuel Libre du Faso), c’est la maison de la culture Anselme Titianma Sanon de Bobo-Dioulasso qui a abrité le lancement le 11 février 2020 de la présente édition, et ce, en présence de nombreux acteurs de la communication nationaux et internationaux.

Utiliser la radio, média de masse, comme un canal de sensibilisation sur la migration et ses effets pervers, une idée qui justifie le choix du thème de la deuxième édition du FIRAF, à en croire les propos de son commissaire général, Abdoulaye Ouattara.

Un choix qui visiblement ne laisse pas indifférent le patron de la cérémonie Charlemagne Abissi. Selon lui, c’est un thème bien choisi car il est important que des médias tels que les radios prennent conscience du phénomène pour en parler avec les bons mots et les chiffres exacts.

Abondant dans le même sens, Abdoulaye Ouattara, lui, affirme que nos régions regorgent d’énormes potentialités et la Radio se présente comme un média à même de les faire découvrir par les jeunes surtout qui sont tentés par l’aventure. Aventure qui prend très souvent fin malheureusement dans le désert ou la méditerranée.

Christine Cognat, présidente de l’association reporters solidaires, quant à elle pense qu’au-delà des aspects négatifs des migrations connus de tous, l’on peut jeter un regard sur ceux positifs. « Les migrations peuvent être une chance, pour peu qu’elles soient bien conduites et organisées » martèle-t-elle.

Sinon quand bien même arrivé à destination mais dans de mauvaises conditions, représente déjà un échec, rétorque-t-elle. Il y a tellement à faire en Afrique que c’est dommage qu’elle se voit se vider de ses bras valides, dit-elle.

Charlemagne Abissi n’a cependant pas manqué de souligner qu’il faudrait travailler à créer les conditions (humaines, matérielles et économiques) permettant aux jeunes, qui sont les plus touchés de rester sur place.

Par ailleurs, panels, plénières, visite d’entreprises et de sites touristiques entre autres ponctueront l’acte II du Festival International des Radios d’Afrique Francophone.

Et pour y participer, des délégations venues du Mali, de la Côte d’Ivoire du Burkina Faso et de la France entre autres ont fait le déplacement.

Abdoul-Karim E. Sanon

Laisser un commentaire