Filière anacarde : Plus de 800 millions FCFA pour renforcer les capacités opérationnelles des acteurs

image_pdfimage_print

Les acteurs de la filière anacarde ont bénéficié d’un don important en matériel de travail et des équipements, de la part du conseil burkinabè de l’anacarde (CBA), ce mardi 14 septembre à la Chambre de commerce et d’industrie de Bobo-Dioulasso. Et ces dons ont été accompagnés de financements et de subventions. L’objectif de ce don, selon le ministre du commerce, de l’Industrie et de l’artisanat est de booster les capacités opérationnelles des acteurs de cette filière prometteuse au plan économique.

« Je salue les efforts fournis par nos vaillants acteurs et actrices qui,  malgré les contraintes diverses, mettent tout en œuvre pour booster davantage le développement de la filière anacarde. »

Par ces mots, le ministre Harouna Kaboré traduit l’attachement de son ministère à la réussite des objectifs gouvernementaux inscrits dans l’Initiative Anacarde au Burkina Faso. Et le ministre de rappeler que la vision du gouvernement impulsée par le Président du Faso à travers le PNDES, est la transformation structurelle de l’économie nationale qui se base entre autres sur les potentialités agro-industrielles.  « C’est ainsi que l’Initiative Anacarde 2020-2024 a été adoptée en 2019 et vise un taux de transformation de 45% des produits de l’anacarde à l’horizon 2024 avec l’implantation de 24 unités nouvelles » dit-il. 

Une vue des pulvérisateurs remis aux producteurs

Entre également dans l’atteinte de cet objectif, la Stratégie Nationale de Développement de la Filière Anacarde (SNDFA 2019-2023) adoptée en 2018 qui projette une production annuelle de 200 000 tonnes d’anacarde d’ici à 2023 avec un rendement de 600 à 800 kg/ha.

A l’heure actuelle, les actions du gouvernement ont permis d’engranger d’importantes réformes institutionnelles et règlementaires. De ces réformes, le ministre fait cas de la promotion des filières porteuses dont celle de l’anacarde qui occupe la 3ème place des produits d’exportation agricoles du pays; l’adoption en 2019 d’un décret portant « autorisation de prélèvements de recettes sur les exportations et réexportations des noix de cajou en vue de contribuer au financement de la filière et la création en 2019 du Conseil Burkinabè de l’Anacarde qui a pour mission la régulation, le suivi et le développement des activités de la filière anacarde au Burkina Faso avec son siège social à Bobo-Dioulasso ». Autant de mesures qui visent à remédier aux difficultés qui minent le développement de la filière anacarde.

Plus de 800 millions de FCFA pour renforcer la filière

La cérémonie de remise de matériels et équipements de ce mardi 14 septembre 2021 à la chambre de commerce de Bobo-Dioulasso émane de la mise en œuvre du programme d’activités 2021 du Conseil Burkinabè de l’Anacarde.

Les acteurs directs de la filière à travers leurs faîtières ont soumis leurs besoins en renforcement de capacités, qui ont été pris en compte par la direction générale du CBA.

Ainsi, selon les trois niveaux de l’axe stratégique de la filière, des acquisitions ont été remises aux acteurs. 22.900 plants améliorés d’anacardiers (229 ha de nouveaux vergers à mettre en place), 172 tonnes de fumure organique, 24 motocyclettes, 50 tronçonneuses, 28 pulvérisateurs, huit (8) bascules d’une capacité de 2 tonnes chacun avec écran afficheur certifié par l’ABNORM, des matériels informatiques complets constituent la dotation que les acteurs ont reçu. Il faut noter qu’en plus de ces dons, un terrain d’une superficie de 2.442 mètres carré a été acquis pour la construction de la maison du cajou au profit des acteurs de la filière.

Des pépinières pour rajeunir les vergers

Côté financier, une somme de plus d’un demi-milliard (552.140.000) FCFA a été mis à la disposition de l’AFPE-PME (Agence de Financement et de Promotion des petites et Moyennes Entreprises) pour financer les fonds de roulement des commerçants et des transformateurs d’anacarde et pour subventionner l’achat d’équipements de production au profit des unités artisanales de production.

Ce qui élève à 824.225.720 FCFA la valeur totale des acquisitions, financements et subventions octroyés, dont le ministre Harouna Kaboré invite les acteurs à faire une utilisation judicieuse pour le développement et la rentabilité de la filière anacarde au Burkina Faso.

L. Dô Sanon

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.