Etablissement massif de la CNIB à Bobo : Lancement de l’opération à Santidougou

Rapprocher l’Office Nationale d’Identification (Oni) des secteurs et villages de la commune de Bobo-Dioulasso, tel est l’objectif recherché par le conseil municipal de ladite commune à travers cette opération d’établissement de CNIB. Lancée ce 15 janvier 2020 à Santidougou village situé à une vingtaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso, l’opération est prévu se tenir du 15 janvier au 10 février 2020. Elle concernera par ailleurs tous les 36 villages et 33 secteurs composant la commune.

Cette opération d’établissement de la carte nationale d’identité burkinabé autorisée par le conseil municipal de Bobo-Dioulasso est parti, selon Bourahima Sanou, maire de la ville de Sya, du constat que la plupart des Bobolais ne possèdent pas cette précieuse pièce et ceux qui en possèdent sont expirées ou presque. L’initiative a donc été pris de venir vers les populations afin de les aider à se procurer aisément la CNIB, explique Bourahima Sanou.

Mais le premier magistrat de la ville rassure. Il ne s’agit pas d’action politique, mais plutôt d’un devoir pour faciliter l’obtention de ce document d’identification par tous les citoyens de la commune. En outre, Bourahima Sanou précise que ladite opération n’est pas subventionnée. La somme d’établissement reste donc inchangée qui est de 2500 FCFA.

A Eric Sougué de l’Oni, de préciser que pour se faire établir la CNIB, il faut, pour les citoyens nés au Burkina, se munir d’un extrait d’acte de naissance.Et pour ceux nés hors du pays, il faut en plus un certificat de nationalité burkinabé et bien sûr la somme de 2500 FCFA pour l’achat du formulaire.

Alimata Sanou, une bénéficiaire se dit ravis de la tenue de cette opération et remercie les autorités pour l’initiative. Après l’expiration de son ancienne carte, dit-elle, elle n’a pas pu la renouveler à cause de la distance la séparant de l’antenne de l’Oni à Bobo-Dioulasso.

En ce qui concerne le retrait des CNIB, Eric Sougué et son équipe se donnent le devoir de délivrer le précieux sésame dans un délai de 3 semaines à compter de la date d’établissement.

Abdoul-Karim E. Sanon

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire