Entrepreneuriat agricole: Ali Ouattara, ce jeune qui exploite 12ha à Bobo

Ali Ouattara est un jeune entrepreneur agricole installé à quelques encablures de la ville de Bobo-Dioulasso. Ayant fait ses premiers pas dans l’agriculture avec 1 hectare en 2014 après l’obtention d’un certificat de qualification professionnelle (CQP) en agriculture, son activité ira croissant jusqu’en 2017 où il bénéficiera du projet d’appel d’offre de la Chambre Régionale d’Agriculture (CRA) des Hauts-Bassins. Ce qui va permettre au jeune entrepreneur d’améliorer son projet agricole. Et pour la campagne agricole 2020, Ali Ouattara exploite au total 12 hectares occupés par diverses spéculations allant du maïs au niébé en passant par le riz, l’arachide et la banane. Allons donc à la découverte de ce bon exemple de jeune entrepreneur agricole avec une équipe de Ouest Info.

La région des Hauts-Bassins est une région agricole par excellence. Cependant, la promotion et la valorisation du potentiel de cette région reste en deçà des attentes eu égards à plusieurs réalités notamment le manque de formation et d’accompagnement des entrepreneurs dans le domaine.

C’est ainsi que la Chambre Régionale d’Agriculture des Hauts-Bassins a, par appel d’offre, mis à la disposition de dix (10) jeunes formés au métier agricole, des kits d’installation subventionnés à 100% par le conseil régional des Hauts-Bassins.

Pour le secrétaire général de la Chambre Régionale d’Agriculture (CRA) des Hauts-Bassins, Réné Ouattara, ce projet vise à permettre à chaque bénéficiaire de mettre en place sa microentreprise.

Ainsi, les dix jeunes ont reçu du matériel agricole notamment des bœufs de trait, une charrue, des intrants et de la semence, le tout à hauteur d’environ un million de FCFA par bénéficiaire et ce, pour 2 hectares chacun.

Ali Ouattara dans son exploitation

Réné Ouattara, dans son témoignage s’est satisfait des résultats de la première campagne des dix bénéficiaires qui ont produit une trentaine de tonnes de maïs dont 6 tonnes environ pour Ali Ouattara sur ses 2 hectares d’exploitation.

Et ces résultats se sont vus accroître avec les campagnes qui ont suivi, foi du secrétaire général de la CRA des Hauts-Bassins.

Des chiffres qui font penser la CRA des Hauts-Bassins à un 2ème projet du genre 3 ans après le premier.
Ali Ouattara s’étant positivement distingué du lot, nous lui avons rendu visite et son exemple doit inspirer d’autres jeunes.

Les débuts de Ali Ouattara dans l’entrepreneuriat agricole


En 2014, Ali Ouattara décrochait son certificat de qualification professionnelle (CQP) option agricole. S’est-il ainsi décidé de créer son business agricole.

Pour la première campagne, il n’a exploité qu’un seul hectare et le rendement était selon lui, satisfaisant.
Dans cette dynamique, il a augmenté sa superficie d’exploitation campagne après campagne jusqu’en 2017 où il bénéficiera de la subvention du conseil régional des Hauts-Bassins à travers la CRA.

A cette campagne agricole, l’exploitation de Ali Ouattara passera de trois (03) à cinq (05) hectares. Le suivi du projet a révélé que ce jeune entrepreneur agricole était le meilleur du groupe des dix ayant bénéficié du projet.

Ce qui lui a fait recevoir une importante délégation du conseil régional conduite par son premier vice-président sur le site de son exploitation agricole en 2018. Ses efforts ont ainsi été encouragés par ses visiteurs.

Des performances qui lui ont permis de prendre les rênes de l’Association des Jeunes Agriculteurs des Hauts-Bassins. Une responsabilité qu’il porte actuellement avec beaucoup d’assurance puisqu’il semble être le meilleur parmi ses pairs.

De 5 hectares de champ en 2017, Ali Ouattara est passé à 12 hectares à la campagne agricole 2020

Pour la campagne agricole 2020, Ali Ouattara a une superficie totale d’exploitation de 12 hectares répartis entre plusieurs spéculations.

De ces spéculations, l’on peut retenir du maïs, du riz, du niébé, des arachides et même de la banane. Toutes ces productions ne se trouvent pas dans un seul et même champ.

On les trouve dans des localités différentes notamment à Farako-Bâ pour les uns et dans les villages de Nasso et Diarradougou pour les autres.

Ce qui fait parcourir au jeune Ali Ouattara plusieurs kilomètres par semaine pour le suivi de ses différents champs.

Et pour la présente campagne agricole, le jeune agriculteur est optimiste. Ne voulant pas donner de chiffre, il est sûr de faire des rendements qu’il n’a jamais fait depuis le début de son activité. Toute chose qui lui fait caresser de grandes ambitions.

Les difficultés et les ambitions de Ali Ouattara

Pour Ali Ouattara, la principale difficulté qu’il rencontre, c’est le manque de terres pour étendre son exploitation.

Toute chose qui lui fait justifier la dispersion de ses forces entre plusieurs localités. En plus de cette difficulté, l’entrepreneur agricole ne sent pas les terres que lui et ses camarades exploitent en sécurité.

Pour ce faire, il invite les autorités en charge de cette question à protéger ces terres afin que leurs activités soient pérennes et surtout sécurisées.

Des ambitions du jeune Ali, l’on peut noter le fait qu’il rêve être un agrobusiness man qui mettra son expérience au service des jeunes qui voudraient embrasser le domaine.

Ali Ouattara, ce jeune qui croit en l’agriculture

Pour ce faire, il souhaite voir naître de ses ambitions un centre agro-écologique où il formera et/ou renforcera les capacités des acteurs du secteur agricole. « Mon ambition est de créer un centre agro écologique où je formerai tous ceux qui voudraient faire carrière dans le secteur agricole. Mon objectif est de donner goût aux jeunes de pratiquer l’agriculture en leur faisant savoir que la terre ne ment pas. Je peux témoigner cela. Quand j’obtenais mon CQP en 2014, mon objectif était d’abord d’être salarié mais après je me suis rendu compte que mon savoir-faire pouvait me permettre de m’auto employer. Et aujourd’hui, je ne pense pas avoir fait un mauvais choix car le chemin que j’ai envisagé se dessine comme je l’ai prévu et j’espère arriver au sommet c’est-à-dire former et employer plusieurs jeunes et leur donner le goût de l’agriculture. Cela nous permettra de contribuer à l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire au Burkina Faso » se nous est-il confié avant d’inviter les autorités à accentuer la formation des jeunes pour booster le secteur agricole qu’il trouve encore marginaliser.

En tout cas, Ali Ouattara est un bel exemple de début d’entrepreneuriat agricole qui suscite envie et admiration.

Il fait noter que parmi les dix qu’ils sont, à avoir bénéficié des kits du conseil régional en 2017, ils sont au moins 6 à très bien tirer leurs épingles du jeu.

Un résultat assez satisfaisant à mettre à l’actif de la conjugaison des efforts de la chambre régionale d’agriculture des Hauts-Bassins, du conseil régional et de leurs partenaires tels la région du sud-est français de Rhône-Alpes.

Abdoulaye Tiénon et Abdoul Etienne Karim Sanon

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire