Entendu dans un supermarché à Bobo: « Ce n’est pas le gouvernement qui ravitaille ma boutique »

Dans un arrêté signé le 20 juin dernier, le gouvernement Burkinabè, à travers le ministère du commerce, fixait le prix de vente de l’huile alimentaire de marque Savor. 1 000 FCFA/litre et 5 250 FCFA /le bidon de 5 litres sont entre autres, les prix fixés par l’arrêté.

Mais sur le marché, la réalité est toute autre. A certains endroits à Bobo-Dioulasso, le bidon de 5 litres est vendu à 7 250 FCFA, soit 2000 FCFA de plus.

Le vendredi 08 juillet dernier, veille de la fête de la Tabaski, une dame a eu pour son compte quand elle a voulu raisonner un gérant d’une supérette de la capitale économique du Burkina Faso.

Dans cette boutique, le gérant a pris le soin d’afficher les prix. Et sur les bidons de 5 litres de l’huile Savor, il est mentionné 7 250 FCFA.

Inadmissible, crie cette dame qui tente de rappeler au gérant le prix fixé par le gouvernement. La réponse de celui-ci ne se fera pas attendre. « Ce n’est pas le gouvernement qui ravitaille ma boutique » lâche-t-il d’un air furieux avant d’inviter sa cliente à aller « s’approvisionner dans la boutique du gouvernement où le bidon de 5 litres d’huile Savor est vendu à  5 250 FCFA ».

Pendant que la dame se « battait » contre ce commerçant « véreux », certains clients se bousculaient pour se faire servir l’article au prix affiché. « Avons-nous le choix ? Le gouvernement fixe les prix mais ne prend pas les dispositions pour s’assurer de leur application » rétorque un homme qui s’adresse à la dame en sortant de la boutique.

Pour finir, la dame était obligée de se faire servir « à contrecœur ». Comme quoi, une chose est de prendre des mesures et les faire respecter en est une autre.

Jak/Ouest-info.net

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.