Elections couplées de 2020 : la révision des listes électorales officiellement lancée à Dédougou

Le top de départ de l’opération de révision et de constitution des listes électorales biométrique 2020 a été donné à Dédougou par le premier ministre Christophe Marie Joseph Dabiré. C’était dans la matinée du lundi 10 février 2020 dans la salle polyvalente de la cité de Bankuy (la ville de Dédougou) en présence de plusieurs acteurs.

Enrôler tous les burkinabè en âge de voter mais n’ayant pas encore une carte d’électeur est le principal objectif de la révision et de la constitution des listes électorales biométriques 2020.

Pour le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Newton Ahmed Barry, 4,5 millions de burkinabè sont concernés par cette opération. Et à terme, précise-t-il, plus de 10 millions de burkinabè pourront accomplir leur droit de vote aux élections couplées présidentielles et législatives du 22 novembre 2020.

Pour ce faire, il a invité les populations de toutes les localités du pays qui sont en âge de voter mais ne disposant pas encore ou ne disposant plus de carte d’électeur de se faire enrôler car souligne-t-il, la voix de chaque burkinabè compte pour les élections de 2020.

« Ne pas se faire enregistrer sur les listes électorales, c’est déléguer son droit de vote aux autres burkinabè qui choisiront à votre place » a signifié Newton Ahmed Barry.

Toute chose qu’il juge inadmissible car se faire enrôler ne prend pas plus de cinq minutes. Pour le patron de l’institution en charge de l’organisation des élections, les burkinabè doivent rester résilient face à l’insécurité car il estime que rien ne doit détourner les burkinabè des enjeux de ces élections.

C’est pour cette raison qu’il n’a pas manqué de saluer les organisations de la société civile pour leurs actions d’accompagnement à la CENI. « Les organisations de la société civile sont nos premiers partenaires car elles mènent des activités qui sensibilisent et mobilisent les populations. Pour ce faire, nous allons malgré nos moyens très limités, les appuyer pour qu’elles puissent davantage nous accompagner pour que l’opération soit un véritable succès » a-t-il déclaré à l’intention des OSC.

Pour le premier ministre, cette opération de révision du fichier électoral est une étape importante pour les élections à venir. C’est pourquoi, il s’est réjoui de son lancement avant de rassurer que le gouvernement trouvera les ressources qu’il faut pour que le processus suive son cours.

« Je dois dire que je suis soulagé. Lentement mais sûrement, le processus électoral pour 2020 est en route. Les élections n’ont pas de prix mais ç’a un coût. Et le gouvernement s’est engagé à trouver les ressources avec ses partenaire techniques et financiers pour financer cette opération, qui se présente comme un gage de bonne organisation des élections à venir  » a-t-il fait savoir.

Du reste, les autres intervenants notamment le représentant de l’opposition et celui des OSC ont aussi appelé tous les burkinabè à s’impliquer dans le processus car sont-il convaincus qu’il est possible d’avoir aux élections à venir « un burkinabè en âge de voter, une voix ». Abordant par ailleurs la question de l’enrôlement des burkinabè de l’étranger, l’opposition s’est montrée insatisfaite.

Pour ce faire, elle a invité la CENI à permettre à cette opération d’enrôlement de se poursuivre car souligne-t-il « sur plus de 2 000 000 de burkinabè attendus sur les listes, la CENI s’en retrouve avec seulement 21000 inscrits ».

Abdoulaye Tiénon

Laisser un commentaire