Election du président du conseil régional de la jeunesse des Hauts-Bassins : Victor Dabiré revient à la charge

image_pdfimage_print

Un groupe de jeunes de la ville de Bobo-Dioulasso, avec à leur tête Victor Dabiré, candidat à la présidence du conseil régional de la jeunesse des Hauts-Bassins, a animé un point de presse le dimanche 03 octobre 2021 à Bobo-Dioulasso. Objectif, prendre l’opinion publique à témoin de l’évolution du processus de renouvellement du bureau du conseil régional de la jeunesse des Hauts-Bassins.

L’on se rappelle en effet, que le samedi 07 août dernier, a eu lieu à Bobo-Dioulasso, l’élection du président du conseil régional de la jeunesse des Hauts-Bassins.

Ce scrutin qui a vu la réélection du président sortant Omar Traoré, avait été boycotté par le camp de Victor Dabiré, son principal challenger qui dénonçait des irrégularités à même de mettre en cause « la sincérité, la crédibilité et la légalité du scrutin ».

Ces irrégularités se manifestent selon lui, par « le  non-respect de délai et absence de liste définitive de candidats ;  l’absence de procès-verbal de mise en place de la Commission Régionale d’Organisation des Elections ; la partialité du président du conseil régional d’organisation des élections (CROE) ; l’absence d’un membre de la Commission nationale d’organisation des élections (CNOE) mandaté par le Bureau National lors du scrutin ; la Non vérification des mandats donnant accès à la salle ; les bulletins de vote non cachetés ; l’absence d’urne transparente ».

Outre ces points « d’irrégularités », Victor Dabiré et ses camarades sont sceptiques du mode de désignation des 5 délégués par province pour prendre part à l’assemblée générale élective.

C’est au regard de tout ceci que Victor et son équipe ont adressé une requête à la commission nationale en charge des élections qui, aussitôt a « rejeté lesdites élections dans sa correspondance officielle N 2021-010/CNJ-BF/CNOE/PRES datant du 08 août 2021 ». 

Le Président national interpellé…

Malgré le rejet du bureau mis en place le 07 août 2021 par la CNOE, regrettent les conférenciers,  « ledit bureau continue de mener des actions dans l’illégalité totale au nom et au compte de la jeunesse des Hauts-Bassins ».

« Face à cette situation nous n’avons cessé d’interpeller le bureau national à prendre le cas des Hauts-Bassins à bras le corps afin de mettre le droit en exergue et mettre fin au désordre. A cet effet, nous avons interpellé le Président du Conseil National de la Jeunesse du Burkina Faso à prendre ses responsabilités. Nous avons également mis en garde tous les partenaires à se démarquer des attitudes de ce bureau illégal qui n’a pour objectif que d’entacher la crédibilité du Conseil National de la Jeunesse du Burkina Faso » a signifié Victor Dabiré.

Des interpellations qui selon lui, ont abouti à la mise en  place d’une cellule de crise afin de trouver une issue de sortie de crise. Si cette cellule est à pied d’œuvre en vue de parvenir à une conclusion, les conférenciers regrettent toujours de savoir que le  « bureau illégalement mis en place et décrié de tous, continue de poser des actions au nom et au compte des jeunes de la région ».

« Ces pratiques anti-démocratiques » constituent à la limite selon eux,  un manque de respect à l’égard du bureau national et de la cellule de crise.

Face à ce qu’ils qualifient d’entêtement du camp de Omar Traoré, Victor Dabiré et ses camarades disent avoir une fois de plus, envoyé une correspondance au Bureau Exécutif National en date du 24 septembre 2021 dans laquelle « un délai d’une semaine est accordé au Président du CNJ pour prendre ses responsabilités en suspendant le bureau illégal et ce,  en attendant la fin de la crise ».

Si toutes ces démarches jugées démocratiques et transparentes visent à la reprise pure et simple des élections dans « la légalité afin de redorer l’image de la jeunesse des Hauts-Bassins qui se veut responsable et consciente », les conférenciers interpellent le président du CNJ à prendre (par un acte solennel) « une décision de suspension des actions et activités de ce bureau illégal jusqu’à la fin de la gestion de la crise ».

En attendant, Victor Dabiré et ses alliés, tous candidats à différents postes du bureau du Conseil Régional de la Jeunesse des Hauts Bassins, exigent l’annulation pure et simple de l’élection contestée ; la révocation du  commissaire régional jugé partial et incompatible à la fonction de CROE ; la remise en place d’une autre instance régionale en charge des élections.

Aussi, souhaitent-ils non seulement que le bureau national s’implique activement dans l’organisation et la tenue du scrutin conformément aux textes en vigueur mais également qu’il diligente si possible,  « des poursuites judiciaires contre les auteurs de falsification de documents ».

Si rien n’est fait dans les jours à venir, mettent-ils en garde, « nous aborderons une autre phase de notre lutte pour une jeunesse responsable ».

Jack Koné/Ouest-info.net

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.