Dô Pascal Sessouma à Bobo : « la capitale du Burkina sera tournante pour un développement harmonieux entres les régions »

Ce dimanche 15 novembre 2020, le parti vision Burkina a tenu son meeting pour les élections couplées, présidentielle et législatives du 22 novembre 2020 sur le plateau de Yéguéré de Bobo-Dioulasso. Ce parti par la voix de son président Dô Pascal Sessouma, entend enrayer l’insécurité en 18 mois si toutefois il est porté à la tête de l’État à l’issue de l’élection présidentielle à venir. Ainsi, ce dernier a invité ses militants et sympathisants à voter massivement pour vision Burkina le 22 novembre 2020.

Selon Dô Pascal Sessouma, président du parti vision Burkina, le pouvoir d’Etat est l’incarnation de la volonté de tous les burkinabè.

Pour ce faire, ce pouvoir doit être tournant dans les différentes régions du pays sans distinction afin de bâtir dans la cohésion sociale, une nation solide. « La capitale du Burkina sera tournante. Déjà en 2022, Bobo-Dioulasso sera la capitale politique du Burkina Faso. Ce qui contribuera au développement de Bobo-Dioulasso et des autres régions du pays » a-t-il fait savoir.

Aussi, promet-il mettre fin à l’exclusion sociale qui est selon lui, une des principales causes de la situation d’insécurité que vit le Burkina Faso. « C’est l’exclusion qui a amené les problèmes que nous vivons au nord. Je vais mettre fin à cela et au sentiment d’exclusion » a-t-il promis

De ses nombreuses promesses, la plus remarquable est celle de la question de l’insécurité. Abordant ce sujet, Dô Pascal Sessouma s’est engagé à éradiquer le terrorisme du Burkina en 18 mois, s’il est élu président du Faso au soir du 22 novembre 2020. « Quand cette guerre sera finie, les soldats auront le choix de rester ou pas dans l’armée. Pour ceux qui choisiront de quitter l’armée, une somme forfaitaire sera mise à leur disposition pour entreprendre », s’est-il convaincu.

Sur le plan social, le candidat de Vision Burkina envisage donner du sourire aux habitants des quartiers précaires en mettant fin aux déguerpissements car est-il convaincu que l’actuelle politique du logement est une bombe à retardement à laquelle il faut trouver une solution adéquate.

La lutte contre la corruption est également un pant du projet de société du candidat à la présidentielle, Dô Pascal Sessouma.

Du haut de ces promesses de campagne, ce dernier invite les bobolais et tous les autres burkinabè à lui faire confiance en votant pour lui le 22 novembre 2020.

LD

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire