Déguerpissement à l’arrondissement 4 de Bobo: « On ne peut pas accepter un non-lotie dans une zone lotie », Bakoné Milogo

Ce qui reste des habitats après le passage du buldozer

Les autorités locales de l’arrondissement 4 de la commune de Bobo-Dioulasso ont entamé dans la matinée du jeudi 11 avril 2019, une opération de déguerpissement des populations « illégalement » installées sur le long du marigot Koua au niveau du secteur 32. Incomprise par les populations, cette action est pourtant justifiée par la municipalité.

Les populations installées sur les berges du marigot « Koua » au secteur 32 dans l’arrondissement 4 de Bobo-Dioulasso ont eu un réveille difficile ce jeudi 11 avril 2019. Selon certaines d’entre elles, c’est aux environs de 4h du matin qu’elles ont été réveillées par les vrombissements des Bulldozers de la mairie.

Sur instruction du maire de l’arrondissement 4, Bakoné Millogo, les habitats spontanés qui longent les berges du marigot « Koua » ont rasé par les bulldozers. Certaines populations ont du mal à réaliser ce qui leur arrivent. D’autres tentent une résistance mais voient leurs efforts vite estompés par la présence de la police déployée sur les lieux. Impuissants, certains essaient de sauver ce qui peut encore l’être.

                                       « On ne peut pas accepter un non-lotie dans une zone lotie »

De l’avis du maire de l’arrondissement 4, c’est depuis 2017 que la campagne de sensibilisation relative aux habitations anarchiques sur les berges du marigot « Koua » a débuté. En plus des séances de sensibilisations, le maire affirme que des campagnes de communication ont été faites en 2018.

En janvier 2019 toujours selon le maire Bakoné, des communiqués sont passés sur les antennes de certaines radios de la ville et un délai de 3 mois a été donné à ces populations pour quitter ces zones illégalement habitées. Jusqu’au délai qui espérait le 8 avril 2019, les populations ne croyaient pas que les autorités passeraient à l’acte.
Pour le maire, les populations étaient bel et bien au courant de cette action de déguerpissement. « Ça va m’étonner qu’elles ne comprennent pas parce qu’il a eu beaucoup de démarche qu’elles ont effectué vers la mairie en vue de pouvoir plaider pour que nous puisons les laisser ces installations-là. Nous leur avons dit que ce n’était pas possible. Dans un état de droit il n’est pas questions qu’on admette des non-loties dans un espace loti » affirme Bakoné Millogo.

Avant cette opération, d’autres populations, notamment celles des zones non-loties du secteur 29 dans l’arrondissement 7 de la commune de Bobo-Dioulasso ainsi que les occupants « illégaux » du domaine du camp militaire au niveau du quartier Kuinima, un secteur située à cheval entre les arrondissements 5 et 6, ont aussi subit le même sort.

Sotouo Justin Dabiré

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Une réflexion sur “Déguerpissement à l’arrondissement 4 de Bobo: « On ne peut pas accepter un non-lotie dans une zone lotie », Bakoné Milogo

Laisser un commentaire