Culture africaine : L’association Ankasso sensibilise les jeunes

En prélude au lancement officiel du programme national d’éducation et de développement culturel pour la réhabilitation des valeurs africaines, l’association Ankasso a tenu une conférence ce mardi 05 mars 2022 à l’Institut français en faveur des étudiants en histoire et anthropologie de l’université Nazi Boni. Objectif : partager avec ces apprenants des enseignements pour un retour aux sources culturelles en Afrique.

C’est sur le thème ‘’Culture et éducation: Quelle place pour les valeurs culturelles africaines dans nos sociétés en perditions?’’ que le conférencier du jour, Docteur Damien Soulama s’est entretenue avec les étudiants de l’université Nazi Boni (UNB) dans le cadre du programme culturel initié par l’association Ankasso afin de leur expliquer la place importante de la culture en Afrique et les enseignements qu’ils faut en tirer.

Pendant deux heures de temps, les étudiants ont bénéficié d’une communication axée sur trois approches à savoir, une présentation des sociétés traditionnelles africaines, une vue d’ensemble sur la mutation socioculturelle de l’Afrique et des recommandations pour une combinaison efficace de la culture et de l’éducation.

Allant dans ce sens, le docteur Damien Soulama a soutenu la proposition d’un « dispositif mixte d’éducation qui prend en compte nos valeurs culturelles et l’ouverture vers le monde ».

Les conférenciers

Pour lui, seul un jumelage de nos enseignements anciens africains en plus de ce que le monde propose aujourd’hui peut être bénéfique à l’Afrique.

Dans le même temps Issouf Tondé, étudiant en anthropologie à l’UNB, s’est dit satisfait et a remercié les organisateurs. Il a dit avoir beaucoup appris, notamment sur la question des ‘‘ mariages forcés’’, autrefois ‘’mariages arrangés’’ entre les familles en symbole de fraternité et de cohésion entre elles.

« Le programme est quinquennal. Il a pris six années de travail. Il est financé à fonds propres pour l’instant et notre combat est que l’enfant d’aujourd’hui puisse savoir ce que la société attend de lui ». Tels ont été les propos du président de l’association Ankasso comme pour lancer un appel aux bonnes volontés pour accompagner Ankasso dans son combat pour la réhabilitation des valeurs africaines.

Il a par ailleurs ajouté que la priorité juste après le lancement de ce programme, c’est l’instauration d’un système efficient de collaboration harmonieuse entre la famille, l’école et la société, de sorte à harmoniser les actions éducatives pour en faire un système cohérent et ordonné.

Abdoul Aziz SENOU / Stagiaire Ouest Info

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.
Copy link
Powered by Social Snap