Contre-performances de la filière coton Burkinabè : « ça n’a rien à voir avec l’abandon du coton Bt », Jonas Bayoulou

Jadis premier pays producteur de coton dans la sous-région, le Burkina Faso, depuis 2016, année de l’abandon du coton « Bt » ou OGM au profit du conventionnel, est à la recherche de ses repères.

D’année en année, les performances de la filière coton Burkinabè ne rassurent plus. Pour certains acteurs, cette situation serait une conséquence de l’abandon du coton Bt, introduit pour réduire la pénibilité de la culture de l’or blanc.

Face à la presse le vendredi 08 juillet 2022, le nouveau directeur général de la Sofitex, Jonas B. Bayoulou s’est prononcé sur la question. « La baisse de la production du coton au Burkina Faso n’a rien à voir avec l’abandon du coton Bt » a-t-il tranché avant de préciser que les causes sont ailleurs.

A LIRE AUSSI-Campagne cotonnière 2022-2023 : « La distribution des intrants sera effective dans toutes les localités au plus tard le 20 juillet », Jonas Bayoulou, DG Sofitex

 « Je pense que les gens débattent parfois de sujets qu’ils ne maîtrisent pas. La meilleure performance de la Sofitex lors de la campagne 2005-2006 avec environ 713 000 tonnes s’est faite avec le coton conventionnel. En plus de cela, il faut retenir que des pays comme le Mali qui font aujourd’hui de belles performances ne produisent pas une seule fibre de coton OGM. Ce que nous devons avoir à l’esprit, c’est le travail bien fait. Et ce n’est que par le travail que nous allons développer davantage la filière coton du Burkina » est convaincu le directeur général de la Sofitex.

Mieux, dit-il, le coton du Burkina Faso a gagné en qualité avec le retour au conventionnel. « Le coton burkinabè a gagné en qualité. C’est un des meilleurs cotons sur le marché international » a-t-il rassuré.

AT/Ouest-info.net

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.