Commune rurale de Bama : un « véritable » pôle de développement économique

La commune rurale de Bama est située sur la route nationale n°9 à une vingtaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso. En plus du barrage de Samandeni, cette commune regorge d’énormes potentialités favorables à son développement socio-économique. Ces ressources n’attendent plus que des investissements pour leur valorisation. A la découverte d’une partie de ces ressources avec une équipe de Ouest Info.

Regroupant 21 villages, une vingtaine de hameaux de culture et une population totale d’environ 100 000 habitants, la commune rurale de Bama est une commune qui, au regard des différentes potentialités qu’elle regorge, augure selon ses responsables actuels, de lendemains prometteurs en termes de développement socio-économique.

Du développement à partir de la vallée du Kou

Notons que Bama possède une vallée de près de 1500 hectares. Communément appelée vallée du Kou (un affluent du fleuve Mouhoun), cette vallée est une plaine rizicole aménagé par l’Etat depuis plusieurs décennies pour permettre aux populations rurales de la localité d’améliorer leurs conditions de vie.

L’aménagement de ces superficies rizicoles qui visaient à augmenter la production nationale de riz contribue aujourd’hui à intensifier l’activité agricole dans la commune de Bama. Situé au cœur de Bama, ces plaines constituent actuellement une importante source de revenus pour plusieurs familles qui se les sont reparties.

Pour Lansina Gondé, maire de la commune, cet espace hydro-agricole participe au développement socioéconomique de Bama car souligne-t-il, ces plaines aident à résorber en partie le chômage et à réduire la pauvreté.

Certes, la pression humaine du moment rend insuffisant l’espace pour l’activité agricole à proprement dit, mais son rôle reste indéniable car cette plaine fait selon le maire et ses plus proches collaborateurs, de la commune de Bama une des plus importantes zones rizicoles de la région des Hauts-Bassins.

Ce qui n’est pas rien selon ces derniers. Ce périmètre n’est pas directement géré par la commune mais tout projet le visant passe par la commune qui donne son avis.

Cette zone économique est gérée par une union de coopératives rizicoles assistée par le ministère de l’agriculture à travers un technicien affecté à la plaine. Sans nul doute, cette importante activité agricole contribue au développement socio-économique de Bama, à en croire les autorités municipales de la commune.

Le barrage de Samandeni, un filon vers le développement

Classé après le barrage de Kompienga, de Bagré et de Ziga, le barrage de Samandeni est le 4ème plus grand barrage hydroélectrique et agricole du Burkina Faso. Sa réalisation a favorisé un certain nombre de projets dans la commune de Bama qui l’abrite.

Plein de 1,1 milliard de m3 d’eau, ce barrage constitue un véritable atout de développement durable pour la commune de Bama.

En effet, le projet de construction du barrage a prévu un développement économique et social durable pour les populations riveraines de la vallée du fleuve Mouhoun (fleuve dans le lit duquel le barrage de samandeni a été réalisé).

Pour ce faire, le programme de développement intégré de la vallée de Samandeni (PDIS) a mis sur pieds un projet d’aménagement de 21 000 hectares de périmètre irrigué au profit des populations de la localité.

En plus de ces aménagements, le PDIS prévoit également la réalisation d’un site agro-industriel à Samandeni. Le but de ce projet est la transformation des produits locaux en vue de les valoriser et de les rendre plus compétitifs.

Ce qui fait dire au maire Lansina Gondé que Bama est sur une belle trajectoire dans le domaine agroalimentaire. Aussi, le conseil municipal de la commune avait pris une délibération en 2018 qui imposait des prélèvements sur chaque kilogramme de poisson pêché dans le barrage de Samandeni.

N’étant pas encore entré en vigueur, le maire et ses collaborateurs espèrent que ces prélèvements apporteront un plus à la commune en termes de recettes. Toute chose qui selon eux, contribuera à faire plus d’investissements pour le développement socio-économique de la commune.

Les unes comme les autres, ces potentialités portent toutes, l’espoir du développement socioéconomique de la commune de Bama.

Le maire Lansina Gondé ne demande que certaines difficultés de gestion autonome des communes rurales soient levées pour que ces communes dont la plupart regorge d’énormes ressources puissent amorcer véritablement, chacune un développement endogène durable.

Abdoulaye Tiénon

Laisser un commentaire