Commune de Bama : le budget supplémentaire gestion 2020 adopté à près de 200 millions de Francs CFA

Le conseil municipal de la commune rurale de Bama a tenu, le vendredi 17 juillet 2020, sa deuxième session ordinaire de l’année, consacrée essentiellement à l’examen et à l’adoption du budget supplémentaire, gestion 2020.

A l’appel, ce sont 38 conseillers municipaux sur 46 qui ont répondus présents. Après examen minutieux du budget supplémentaire gestion 2020, celui-ci a été adopté à près de 200 millions de francs CFA.

Un budget qui, selon le maire Lansina Gondé, va être principalement injecté dans des secteurs prioritaires comme la santé, l’éducation et l’assainissement.

Comme il fallait s’y attendre, la question du projet de lotissement est revenue dans les échanges. Et le maire, dans sa volonté de créer des conditions de la transparence autour de l’opération, a soumis à l’appréciation des conseillers, une délibération en vue d’impliquer les organisations de la société civile de la commune dans le processus de l’opération de lotissement. « La composition de la commission est connue. Mais nous voulons impliquer les organisations de la société civile de Bama et d’ailleurs au processus afin qu’elles soient les yeux des populations » a laissé entendre le maire avant de préciser que « l’objectif de cette décision est de créer les conditions de transparence autour de cette opération ».

Après examen dudit point, les conseillers ont, à l’unanimité, donné leur quitus au maire pour impliquer cette couche sociale au processus. « Il faut même associer ceux qui sont opposés au projet afin qu’ils comprennent que nous ne sommes pas animés d’une volonté de nous remplir les poches » a suggéré un conseiller.

Aussi, d’autres délibérations dont celle relative au recrutement d’une société pour la gestion des AEPS de la commune, ont été adoptées.

A l’issue de la session, les conseillers présents ont été unanimes sur la nécessité pour chaque acteur d’œuvrer à la préservation de la cohésion sociale et de la paix dans cette commune émergente.

Conscient qu’il ne peut y avoir de développement à Bama si les acteurs ne parlent pas le même langage, le maire a invité chaque conseiller municipal à être artisan de la paix dans son quartier ou dans son village.

JK

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire