Commercialisation des jus de fruits au Burkina : « Dafani SA » souhaite sa réglementation

Le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré, dans le cadre des activités de la semaine burkinabè de l’industrie, a visité des unités agroalimentaires dans le Kénédougou le vendredi 25 septembre 2020. Avec pour objectif de toucher les réalités de ces unités, cette visite du ministre a été l’occasion pour les acteurs de porter à la connaissance du premier responsable en charge du commerce, les préoccupations qui sont les leurs.

Directeur général de Dafani SA, Mamadou Coulibaly a remercié le ministre du commerce pour ses efforts qui donnent de la visibilité aux unités industrielles comme la leur.

Il a cependant souhaité que le gouvernement travaille à lever certains problèmes qui constituent un goulot d’étranglement à la production des jus de fruits dont la société en est un principal acteur au Faso.

« Nous souhaitons que le secteur de la commercialisation des jus de fruits soit réglementé afin que nous puissions être à l’abri de la fraude. En plus de cet aspect, on souhaite que les emballages que nous utilisons ne soient pas considérés comme des produits finis à l’acquisition car cela nous coûte cher » a souhaité Mamadou Coulibaly de la part du gouvernement avant de faire une promesse.

« Dans notre chaine de production, il y a toujours un marché de consommateurs qui nous échappe. C’est celui des enfants et très bientôt, nous allons faire des jus adaptés à ces consommateurs » a-t-il promis au ministre qui n’a pas manqué de saluer et d’encourager l’initiative qui selon ce dernier, participera à la promotion du « consommons local ».
AT

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire