Cité universitaire de Belleville : « Nous n’avons aucune intention d’imposer un délégué aux étudiants », Siaka Sanogo , directeur du CROUB

Dans la matinée de ce jeudi 14 janvier 2021, les résidents de la cité universitaire de Belleville ont manifesté pour d’une part, exiger la réouverture de leur restaurant (fermé depuis quelques jours) mais aussi, de la transparence dans le processus d’élection du délégué de la cité.

Interrogé sur la question notamment, la volonté supposée de l’administration d’imposer aux étudiants de la cité un délégué, Siaka Sanogo, directeur du centre régional des œuvres universitaires de Bobo-Dioulasso (CROUB) exhibe une note de service qui clarifie la composition du dossier de candidature.

Sur cette note, il est clairement mentionné que les candidats devraient fourniture un dossier contenant : « les noms et prénoms du titulaire et de son adjoint ; les attestations  d’inscription à l’UNB de l’année en cours ;  les photocopies des cartes de résident et  du cenou en cours de validité ; et enfin les photocopies des reçus de paiement du loyer du mois de décembre ».

Sur les 5 dossiers reçus, une commission a été selon lui, mise en place pour les examiner. Et 4 dossiers ont été invalidés au motif qu’ils étaient incomplets (manque de signature, de documents invalides et/ou autres). 

Au cours d’une rencontre autour de la question dit-il, ceux dont les dossiers ont été invalidés « ont tous compris les raisons pour lesquelles leurs dossiers n’ont pas été retenus».

« Après, ces mêmes éléments sont revenus nous dire de revenir sur la décision d’invalidation de leurs dossiers. Quand on a dit que ce n’était pas possible, ils sont allés au restaurant pour décréter ce qu’ils appellent « manger gratuit ». Et c’est ce qui nous a poussé a fermé le restaurant car dans notre cité, nous servons 3000 plats par jour. Un plat coûte 600fcfa et les étudiants payent 100fcfa par plat. Manger donc sans payer, nous fait perdre beaucoup d’argent. Et nous ne pouvions pas tolérer cela » a-t-il expliqué les raisons de la fermeture « temporaire du restaurant » pour selon lui, minimiser les pertes d’argent.

Du reste, le restaurant a rouvert ce jour-même sur instruction du directeur du CROUB et ce, après échange avec les étudiants. Quant à la question de l’élection du délégué de la cité, le directeur s’est voulu un peu plus clair : «  Nous n’avons aucune intention d’imposer un délégué aux étudiants. Nous voulons justes être légalistes (respecter les textes) ».

Pour lui, ce mouvement est une machination d’un mauvais perdant, par ailleurs militant d’une structure syndicale. « S’il n’y a pas de quiétude autour du processus, nous serons obligés de reconduire l’ancienne équipe car les textes nous l’autorisent » a signifié le directeur du CROUB qui, du reste, appelle les étudiants à la retenue.

Jack Koné (Ouest-info.net)

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire