CHU de Bogodogo et de Tengandogo : A la découverte des nouvelles installations des centres de dialyse

image_pdfimage_print

Le Secrétaire général du Ministère de la Santé, Dr Wilfried Ouédraogo, accompagné du Gouverneur de la région du Centre, ont effectué une visite dans les centres d’hémodialyse des hôpitaux universitaires de Bogodogo et de Tengandogo ce vendredi 10 septembre 2021. Cette tournée a permis à ces autorités de prendre le pouls du fonctionnement de deux des trois centres de dialyses de la ville de Ouagadougou; de recueillir les préoccupations afin de mieux orienter l’intervention de l’Etat en faveur du bien-être des personnes dialysées.

C’est par le Centre hospitalier universitaire de Bogodogo qu’a débutée la tournée du Secrétaire général du Ministère en charge de la Santé, Wilfried Ouédraogo et du Gouverneur de la région du Centre. Ils ont été accueillis dans cette infrastructure hospitalière par les premiers responsables. Les visiteurs du jour ont alors bénéficié d’une visite guidée et commentée dans les différents compartiments du Centre d’hémodialyse. Ils ont pu voir le fonctionnement des douze générateurs qui sont installés dans ce centre. Ces générateurs permettent de faire chacun deux dialyses par jour, mais optimalement utilisés ils peuvent en faire jusqu’à trois hémodialyses par jour.

Les visiteurs du jour

Selon le Chef de service Dr Karambiri Adamo, tous les 12 générateurs que compte son service sont en bon état. Ils permettent une meilleure prise en charge des personnes dialysées. Il précise en outre que les dispositions sont prises pour assurer une diligence dans la maintenance des générateurs ; en plus du fait que deux générateurs sont mis en réserve pour les situations délicates notamment en cas de panne d’un générateur. Dr. Karambiri Adamo plaide en outre pour un renforcement de l’équipe du service de néphrologie ainsi que des compétences des attachés de santé de ce service. Cela devrait permettre au Service de fournir une meilleure assistance aux patients.

Le représentant de l’Association des dialysés du Burkina Faso/section Bogodogo a pour sa part salué l’idée de la visite de ces autorités qui apporte du réconfort aux patients. Il a plaidé pour une baisse du coût de la dialyse au Burkina Faso et surtout pour la construction ou le réaménagement d’un site pour accueillir les dialysés. Il indique que les locaux des dialysés à l’hôpital de Bogodogo sont exigus et ne peuvent pas contenir tous les insuffisants rénaux. Cette situation fait que plus de 30 insuffisants rénaux sont sans soins.

Le Secrétaire général du Ministère de la Santé a salué le travail des agents de santé qui se battent pour une meilleure prise en charge des patients en situation d’insuffisance rénale. Il a fait savoir que cette visite vise à se rassurer du bon fonctionnement du centre d’hémodialyse de l’hôpital de Bogodogo et apprécier la qualité du partenariat avec Sibiri Bio-médical qui a permis la rénovation et la mise à niveau du Service de néphrologie.

Il s’est dit satisfait déjà de constater que les générateurs fonctionnent normalement et que le partenariat nouer avec Sibiri Bio-médical permet d’assurer la maintenance des appareils. Sur ce point, la directrice générale de Sibiri Bio-médical, Mamounata Koanda/Somda a indiqué que les générateurs installés à l’hôpital de Bogodogo sont de grande qualité ; des générateurs de dernière génération qui permettent une meilleure prise en charge des patients. Wilfried Ouédraogo a par ailleurs rassuré que les autorités vont prendre les dispositions pour améliorer davantage la situation des personnes vivant avec une insuffisance rénale au Burkina Faso.

Pour les préoccupations posées par le personnel de santé et les personnes dialysées, Dr Wifried Ouédraogo a fait noter qu’elles seront examinées, en collaboration avec la direction générale de l’hôpital, et les réponses adéquates seront apportées dans les meilleurs délais.

66 patients insuffisants rénaux sont traités à l’hôpital universitaire de Bogodogo. Ils reçoivent chacun deux séances de dialyses par semaine, pour une norme internationale de 3 dialyses par semaine. La dialyse est subventionnée chaque année par l’Etat burkinabè et une somme de 500.000 franc cfa est demandée à chaque insuffisant rénal pour une prise en charge à vie de son mal.

Cap sur l’hôpital de Tengandogo

A l’issue de la visite du centre d’hémodialyse de l’hôpital de Bogodogo, cap a été mis sur l’hôpital de Tengandogo. Dans ce centre hospitalier, le Secrétaire général du Ministère de la santé, Wilfried Ouédraogo et le Gouverneur de la région du Centre ont également été accueillis par la direction générale de la structure. Ils ont ensuite visité le centre d’hémodialyse de Tengandogo et échangé avec les responsables de ce centre.

Au terme de la visite, le Gouverneur de la région du Centre a remercié l’hospitalité des responsables des différents hôpitaux visités et l’engagement du personnel à travailler pour une meilleure prise en charge des patients en dépit des difficultés.

Dr wilfried Ouédraogo SG du ministère de la santé

Il a indiqué que le gouvernement a fait de la santé publique une préoccupation majeure. En ce sens il ne fera l’économie d’aucun effort pour améliorer davantage la santé des populations de façon générale.

Pour le cas des personnes dialysées, il a rappelé que le Burkina Faso n’avait qu’un seul centre de dialyse logé à l’hôpital Yalgado Ouédraogo et qui n’assurait qu’une seule séance de dialyse aux patients par semaine.

Aujourd’hui, le pays dispose de trois centres de dialyse et offre deux dialyses aux patients par semaine. Cela témoigne selon lui de l’engagement de l’Etat à assurer aux dialysés les meilleures prises en charge. Le Gouverneur affirme en outre que les efforts se poursuivront dans le sens de l’amélioration de la prise en charge des personnes vivant avec une insuffisance rénale.

Cheick Traoré/Ouest-info.net

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.