Chirurgie en temps de Covid-19: des acteurs en réflexion à Bobo-Dioulasso

image_pdfimage_print

La société Burkinabé de chirurgie (SOBUCHIR) et le département de chirurgie de l’institut national des sciences de la santé (INSSA) en collaboration avec l’université Nazi Boni (UNB), a organisé les 29 et 30 janvier 2021, les deuxièmes journées scientifiques de la SOBUCHIR et les premières journées scientifiques du département de chirurgie de l’INSSA à Bobo-Dioulasso. Parrainé par le président de l’Université Nazi Boni, la cérémonie d’ouverture des travaux a eu lieu ce vendredi 29 janvier 2021.

« Pratique de la chirurgie dans un contexte de covid-19 ; pratiques chirurgicales dans les hôpitaux de deuxième niveau ; communications libres ». C’est sous ce thème que se sont tenues les deuxièmes journées scientifiques de la SOBUCHIR et les premières journées scientifiques du département de chirurgie de l’INSSA à Bobo-Dioulasso.

Le président de la SOBUCHIR, Ouangré Edgar, se félicite de la tenue de ce cadre d’échanges à Bobo-Dioulasso, car, il permettra d’améliorer la collaboration entre les acteurs de la chirurgie du pays et ceux de l’Afrique.

Une vue des participants

En ce qui concerne la pratique de la chirurgie dans le contexte de la covid-19, le président de la SOBUCHIR estime que la chirurgie a pris un coup avec l’avènement de la maladie, parce que, dit-il « les praticiens avaient peur de la maladie et les malades craignaient de venir dans les structures sanitaires pour les soins chirurgicaux, de peur de ne pas attraper la maladie ».

Pour ce qui est de la pratique de la chirurgie dans les hôpitaux de deuxième niveau, Edgar Ouangré indique qu’aujourd’hui, le Burkina forme des médecins spécialistes qui sont affectés dans différentes régions du pays où se trouvent les centres hospitaliers régionaux. Il fait savoir que ces acteurs abattent un grand boulot qui passe le plus souvent inaperçu.

Il est par ailleurs convaincu que les différentes communications durant ces deux jours et les échanges vont favoriser des partages d’expérience dans la pratique de la chirurgie dans le contexte de covid-19.

Parrain de la cérémonie, Macaire Ouédraogo, président de l’UNB, a salué l’idée de la délocalisation de cette rencontre à Bobo-Dioulasso car pour lui, cela va permettre un partage d’expérience et de communion entre professionnels de la santé.

LD/Ouest-info.net

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.