CGD : La lutte contre l’insécurité au Burkina au cœur d’un “dialogue démocratique” à Bobo

Le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD Burkina Faso) a organisé un cadre de débat dénommé  «  dialogue démocratique », dans l’après-midi du samedi 04 décembre 2021, à la maison de la culture de Bobo-Dioulasso. Objectifs, échangé avec les citoyens de la ville de Bobo-Dioulasso sur la question de l’insécurité grandissante au Burkina Faso. C’était en présence de Thomas Ouédraogo, directeur exécutif du CGD. 

Le dialogue démocratique initié par le centre de Gouvernement Démocratique (CGD Burkina Faso) était axé sur le thème : «  les défis de la sécurité nationale : quelles solutions pour sortir notre pays de l’impasse ».

Pour le directeur exécutif du CGD, Thomas Ouédraogo, il s’agit d’un cadre d’échange d’idées et d’expériences pour la lutte contre le terrorisme. « C’est une problématique relativement importante pour le pays. Chaque acteur essaie autant qu’il peut d’apporter des solutions et nous également, on n’invente pas la solution mais nous pensons que c’est à travers des discussions que nous sortirons des informations qui peuvent nous conduire comme interface dans nos rapports avec les pouvoirs publics», a défini le directeur exécutif du CGD, Thomas Ouédraogo.    

Une vue des participants au dialogue démocratique

A cet effet, deux communications ont été fait par d’éminents panelistes. La première communication a été faite par le philosophe Oumar Traoré et a porté sur l’éthique de la Sécurité Nationale. La deuxième communication a été faite par Léon Samana, professeur à l’université Nazi Boni et à porter sur les Défis de la Sécurité nationale.

Pour Oumar Traore, la sécurité n’est pas donnée. Elle s’invente. « En tant que phénomène humain, la sécurité nationale est à l’image des personnes qui l’inventent. La qualité de leur décision est déterminante pour sortir le pays de l’impasse. Ce qui suppose qu’il faut des personnes de bonne volonté », en est-il convaincu.

Ainsi, la mise en place des mécanismes de surveillance et la réévaluation périodique des menaces de la sécurité, l’élaboration d’une stratégie de la sécurité nationale qui va organiser et coordonner toutes les ressources qu’il convient de mobiliser pour relever les différents défis, travailler à réinstaurer la cohésion entre les différentes communautés et le rétablissement des liens armée-nation sont quelques solutions qui ont été proposées par les deux panélistes pour la consolidation de la sécurité nationale.

Amsatou Coulibaly/stagiaires (Ouest-info.net)

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.
Copy link
Powered by Social Snap