CAP/Matourkou: les stagiaires agronomes en mouvement d’humeur contre des décisions de l’administration

Les stagiaires agronomes du centre agricole polyvalent de Matourkou (CAP/M) ont déserté les salles, ce lundi 18 mai 2020. Ils manifestent leur mécontentement contre une prétendue décision de la direction de les envoyer en stage à partir du 10 juillet 2020, au lieu du 1er juin, période que les stagiaires jugent favorable pour les stage.

Le départ en stage à partir du 1er juin 2020; l’amélioration de la qualité de la formation en mettant l’accent sur la pratique, le respect strict des programmes et l’assiduité des formateurs ; la culture du dialogue au sein du centre sont les principaux points de revendication des stagiaires agronomes du CAP/M en mouvement d’humeur contre la direction.

Selon Abdoulaye Sawadogo, membre d’un comité ad hoc des stagiaires du CAP/M, depuis un certain temps, il y a une sorte de dérogation au fonctionnement de certains centres de formation au Burkina Faso dont le CAP/M. L’esprit était pour ce qui est du CAP/M, de permettre, dit-il, aux stagiaires d’aller en stage en période favorable qui est le mois de juin.

Mais la situation actuelle qui prévoit de les envoyer en stage en juillet est due au retard accusé à la rentrée 2018. « Nous avons subi un décalage de notre rentrée qui était fixée au 5 novembre, les techniciens supérieurs d’agriculture (T.S.A) ont été recalés de 4 mois et les agents techniques d’agriculture (A.T.A) de 7 mois. Ce qui nous a amené à suivre les cours jusqu’à l’apparition du coronavirus, où nous avons été obligés de tout suspendre » a-t-il indiqué.

Le responsable des mécontents du jour souligne que les T.S.A ont ainsi exécuté 95% de leur programme et les A.T.A n’ont pu exécuter que 70% de leur programme.

C’est alors, dit-il, qu’il fallait aller en négociation avec l’administration en vue de faire le stage en période favorable et revenir terminer le programme après le stage. Toute chose que l’administration aurait refusé selon Abdoulaye Sawadogo.

Ce dernier fait savoir que le directeur général, Dénis Ouédraogo est entouré de techniciens qui savent que la période de juillet n’est pas une période propice pour un agronome d’aller en stage.

Ce qui a, selon les manifestants, créé le mouvement d’humeur qui, du reste, soulignent-ils, ne visent aucunement le directeur général du centre mais plutôt ses décisions.

Et au porte-parole des pensionnaires du centre de prévenir l’administration: « il n’y a pas question de reprendre les cours tant que le DG ne revient pas sur sa décision de nous envoyer en stage le 10 juillet. »

Du côté de l’administration, un autre son de cloche. Directeur général du CAP/M, Dénis Ouédraogo dit n’être pas informé d’un quelconque mouvement d’humeur dans le centre. Il n’a de ce fait, pas souhaité se prêter à nos micros sur la question.

LD

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire