Campagne cotonnière 2019-2020 : une production en deçà des attentes

Contrairement aux ambitions des producteurs de coton burkinabè qui visaient « 650 000 à 700 000 tonnes de coton graine », la production pour la campagne 2019-2020 s’est établie à environ 464 000 tonnes. C’est du moins l’information rendue publique par le ministre en charge du commerce, Harouna Kaboré, le mercredi 27 mai 2020. Il a, par cette occasion, annoncé une subvention de 28 milliards de FCFA de la part de l’Etat à la filière pour la campagne 2020-2021.

Cette situation, à en croire le ministre Kaboré, trouve essentiellement son explication dans le terrorisme qui a occasionné une baisse de la production de l’ordre de 31% dans la zone cotonnière de l’Est du pays (SOCOMA) contre une augmentation de la production de l’ordre de 16% et 4% respectivement dans les zones Sofitex et Faso Coton.

Cette contre-performance est aussi selon le ministre, la conséquence de la baisse des superficies emblavées. Il a affirmé que 2% des superficies n’ont pu être emblavées dans la zone Sofitex. Dans la zone Socoma et Faso Coton, ce sont respectivement 41% et 8% des superficies prévues qui n’ont pas été ensemencées.

Qu’à cela ne tienne, le gouvernement burkinabè reste toujours dans sa dynamique de relance de la production cotonnière du Burkina amorcée depuis l’année dernière.

C’est pourquoi, pour la campagne 2020-2021, l’Etat prévoit débourser 28 milliards de FCFA pour soutenir la filière. Cette subvention sera essentiellement destinée à l’augmentation du prix d’achat du coton de 10f par kg ; la subvention des prix de cession des intrants et l’apurement des impayés antérieurs car, certains producteurs avaient tourné le dos au coton au profit d’autres spéculations du fait des dettes.

En réponse au cri de détresse des producteurs, le gouvernement avait octroyé l’année dernière, une subvention de 11 331 109 008 FCFA en vue de l’apurement des impayés internes des producteurs enregistrés aux titres des campagnes 2017/2018 et 2018/2019.

Avec ces multiples appuis, le gouvernement espère pouvoir faire remonter la pente à la filière cotonnière burkinabè.

En attendant le classement de la campagne…, il convient de rappeler que le Burkina Faso, longtemps premier producteur africain de coton, occupait, à la campagne 2018-2019, la 4ème place derrière le Mali, le Bénin et la Côte d’Ivoire.

JK

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire