Boycott de la session du conseil municipal de Bobo : des maires d’arrondissements livrent leur part de vérité

Quatre (04) maires d’arrondissements de la commune de Bobo-Dioulasso ont animé, dans la matinée de ce vendredi 17 juillet 2020, une conférence de pesse pour, disent-ils, établir la vérité quant aux propos tenus par le maire de la commune suite au boycott le jeudi 16 juillet, de la première session ordinaire du conseil municipal de la commune.

Suite au boycott de la session en effet, le maire de la commune, après avoir donné les raisons « officielles » de cette situation, a laissé entendre qu’en réalité, la « vraie raison » est relative à son communiqué portant sur l’octroi de parcelles aux conseillers municipaux par des agences immobilières où il interpellait ceux-ci par rapport aux irrégularités qui entourent ces parcelles reçues.

Faux, rétorquent les maires conférenciers pour qui, les propos du maire de la commune sont loin de refléter la vérité. Laquelle vérité s’articule selon eux, autour de deux (02) points.

« Premièrement, nous avons reçu une correspondance du maire de la commune, nous demandant de réduire nos budgets de 30 millions et ce, du fait de la situation sanitaire qui a plombé l’activité économique. Nous sommes certes, conscients de la situation. Mais ensemble, nous, maires d’arrondissements, avions fait savoir que si on touchait à nos budgets, ça serait difficile pour nous. Deuxièmement, nous avons constaté sur le budget communal, qu’il y avait une hausse de 40 millions sur le volet carburant. Ce qui amène cette rubrique à des centaines de millions. Si cette hausse du carburant c’est pour travailler dans l’intérêt des populations de Bobo-Dioulasso, nous sommes d’accord. Mais nous ne pouvons plus fermer les yeux pour laisser la gestion du carburant et des engins lourds par des personnes qui ne sont ni des maires d’arrondissements ou des adjoints au maire de la commune » a laissé Hermann Sirima, maire de l’arrondissement 7 de Bobo-Dioulasso.

Face à ces discordes, dit-il, « nous avons dit que cette fois-ci, il faut qu’on se parle sérieusement pour voir dans quelle mesure on peut mettre en place un planning de la gestion des engins lourds de manière tournante dans les arrondissements afin que les populations ressentent l’impact de l’acquisition de ces engins qui ont coûté plus d’un demi milliard de francs à la commune ».

Ainsi, les maires d’arrondissements selon Hermann Sirima, se sont rendus chez le maire à son bureau afin d’échanger pour nous mettre d’accord sur ces points avant l’arbitrage du budget puis de la session.

« Ce jour-là, le maire de la commune nous a ridiculisé car il nous a demandé de libérer son bureau tout en indiquant qu’à l’avenir, il ne tiendrait plus de rencontre avec les maires d’arrondissements » a-t-il regretté avant de signifier qu’il ne saurait y avoir de développement si les acteurs n’ont pas un cadre de concertation où ils échangent pour se mettre d’accord sur des points de divergence. « Le maire de la commune n’a jamais collaboré avec les maires d’arrondissement » a lancé Bakoné Millogo, maire de l’arrondissement 4.

Le boycott de la session selon eux, est consécutif au compte rendu de la rencontre avec le maire que chaque maire d’arrondissement a fait à son conseil d’arrondissement. « Les conseillers municipaux n’ont pas du tout bien apprécié le comportement du maire vis-à-vis de nous qui avions été mandaté par eux » explique Hermann.

De la question foncière avancée par le maire pour justifier leur refus de participer à la session, les conférenciers estiment que c’est une manière pour ce dernier non seulement de déplacer le débat mais aussi de leur mettre la population sur le dos.

Étaient au présidium, les maires des arrondissements 2, 3, 4 et 7. Ceux du 1 et 5 n’ayant pas participé. Ce sont donc, six (06) maires d’arrondissements à savoir ceux des arrondissements 1, 2, 3, 4, 5 et 7 qui ne partageraient pas la même vision de développement que le maire de la commune de Bobo-Dioulasso.

JK

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire