Boycott de la 1ère session ordinaire de la commune de Bobo : « la vérité triomphera », Bourahima Sanou

Le conseil municipal de la commune de Bobo avait prévu la tenue de sa 1ère session ordinaire de l’année 2020 du 16 au 18 juillet. Et après un appel nominatif des conseillers dans le matinée de 16 juillet, ce sont seulement 77 conseillers qui étaient présent. Ce qui n’a pas permit à cette session de se tenir.

La 1ère session ordinaire du conseil municipal de Bobo, initialement prévu du 16 au 18 juillet 2020 n’aura pas lieu. En effet, le quorum pour la tenue du conseil n’a pas été atteint à l’ouverture de la session. ‹‹ Je suis content de ce qui se passe car c’est la démocratie qui s’exprime. Probablement, nous allons reprogrammer la session dans les deux semaines à venir. C’est le délai que la loi nous donne. Mais avant cela, nous allons informer la tutelle de ce qui s’est passé aujourd’hui›› a laissé entendre le maire de la commune Bourahima Sanou à sa sortie de la session avortée.

Pour lui, les raisons avancées pour le boycott de cette session sont diverses. Il évoque le cas de parcelles reçues par des conseillers de la part de sociétés immobilières et pour lesquelles, il aurait fait un communiqué pour les appeler à la prudence.

Aussi, le maire fait savoir que des maires d’arrondissement lui reprocheraient une tentative de diminution des budgets de fonctionnement des arrondissements; une mauvaise gestion des engins lourds de la commune et aussi un manque de cadre de concertation.

Bourahima Sanou souhaite que les conseillers répondent à la prochaine convocation car la tenue de la session avortée est dans l’intérêt de tous car dit-il, c’est une session budgétaire. ‹‹ Je pense que la tenue de cette session est dans l’intérêt de tous.Cette manière de faire n’est pas ce qui peut nous permettre d’aplanir nos points de divergence. C’est d’ailleurs aux sessions que ces genres de question peuvent trouver leurs réponses. Mais si c’est le choix de certains, je pense qu’on ne peut que prendre acte et rendre compte à la tutelle›› a précisé le maire avant de se convaincre que « c’est la vérité qui triomphe toujours».

Notons que c’est seulement les maires des arrondissements 5 et 6 qui étaient présents pour la session. La commune, faut-il, le rappeler compte un total de 205 conseillers mais 4 conseillers ont disparu ces derniers temps. Ce qui fait que pour la présente session, il fallait 101 conseillers pour le quorum.

Abdoulaye Tiénon

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire