Bobo : le Cap-Matourkou  dispose désormais d’une unité de transformation agro-alimentaire

Il s’est tenu ce jeudi 6 février 2020 au Centre agricole polyvalent de Matourkou (CAP Matourkou), la cérémonie officielle d’inauguration d’une unité agro-alimentaire à vocation pédagogique et économique. Cette unité, première du genre au Burkina Faso est le fruit de la coopération allemande, avec pour but de renforcer la capacité opérationnelle du centre. Ladite cérémonie a été placée sous le patronage de Salifou Ouédraogo, Ministre de l’Agriculture et des Aménagements Hydro-agricoles, le parrainage de Harouna Kaboré, Ministre du Commerce de l’Industrie et de l’Artisanat et le co-parrainage de Herbert INGO, Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Burkina Faso.

D’une valeur d’un demi-milliard de FCFA, cette unité de transformation agro-alimentaire a été financée par la coopération allemande dans le cadre de son Initiative Spécial un « Un seul Monde sans Faim » à travers le projet centres d’innovations vertes du secteur agroalimentaire (ProCIV) qui est mis en œuvre par la GIZ, la Coopération Technique Allemande.

Installée au sein du CAP Matourkou, elle répond non seulement à un besoin de décorticage et de traitement de manière qualitative du riz local, mais aussi de formation pédagogique des stagiaires du centre.

Elle vient de ce fait, comme l’atteste les propos de Salifou Ouédraogo, Ministre de l’Agriculture, compléter le dispositif de formation du CAP et contribue ainsi à l’enrichissement de son offre pédagogique. Dénis Ouédraogo, directeur général du CAP Matourkou affirme qu’elle servira de cadre aux travaux pratiques des apprenants du centre.

L’implantation de cette unité est hautement saluée par le Ministre de l’Agriculture qui du reste, précise qu’elle est un outil essentiel dans le développement de la chaîne de valeur du riz à laquelle le ProCIV apporte son appui. Cette expérience, soutient-il, constitue un modèle particulier qui pourrait inspirer d’autres écoles et centres de formation professionnelle du pays.

La gestion de ladite unité, d’une capacité de production d’une tonne par heure, a été confiée à l’entreprise Neema Agricole du Faso (NAFASO) après un appel d’offre public. Abdoulaye Sawadogo, président directeur général de l’entreprise assure, la création de 50 nouveaux emplois au fil des années, au fur et à mesure de l’augmentation de la rentabilité de l’unité. Cette usine est donc une contribution concrète à l’atteinte de l’indicateur de 50 000 nouveaux emplois à créer, inscrit dans le PNDES au Burkina Faso, martèle le ministre de l’agriculture.

NAFASO dans la gestion de cette unité de transformation agro-alimentaire a obligation, comme le fait remarquer Herbert INGO, Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne au Burkina Faso, de soutenir, à travers l’Agriculture Contractuelle, les petits exploitants à produire du riz paddy de haute qualité, sans la qualité ils ne pourront pas évoluer sur le marché national.

Une autre branche par ailleurs sera greffée à l’unité de transformation agro-alimentaire inaugurée ce jour. Il s’agit de l’extraction et de la filtration d’huile de sésame, soutient Dénis Ouédraogo.

L’objectif de la coopération germano-burkinabé dans le secteur agricole faut-il le rappeler, selon les propos de Herbert INGO, est d’augmenter la productivité et les revenus des exploitants agricoles, d’améliorer l’emploi dans ce secteur pour assurer la sécurité alimentaire dans les régions rurales du Burkina Faso.

Le projet, centres d’innovations vertes au Burkina Faso (ProCIV) diffuse les innovations dans le secteur agricole et fourni aux petits agriculteurs des appui-conseils répondant à leurs besoins.

Il intervient dans les régions du Sud-ouest, des Hauts- Bassins, de la Boucle du Mouhoun et des Cascades tout en visant le développement rural durable.

Abdoul-Karim E. Sanon

Laisser un commentaire