Bobo : La délivrance de services publics locaux de qualité au cœur d’un dialogue politique multipartite

image_pdfimage_print

Conformément à la vision prospective de la décentralisation, un atelier s’est tenu le 11 septembre 2021 à Bobo-Dioulasso. Objectif, rendre les collectivités territoriales performantes dans la délivrance de services publics locaux de qualité et accessibles aux populations.

Co-animé par le Centre pour la Gouvernance Démocratique (CGD) et le Cadre de Dialogue Inter-Parti (CDIP), cette session de dialogue politique a eu pour thème «  enjeux et déroulement des élections municipales de 2022 ».

Selon les organisateurs,  l’objectif de cette rencontre a été de contribuer à la réflexion générale devant aboutir à une meilleure organisation des élections municipales de 2022 et une bonne gestion des conseils des collectivités.

La session qui tenait lieu de formation des participants sur les enjeux électoraux, a consisté en des exposés suivis d’échanges entre les parties prenantes à savoir les représentants de la CENI, société civile, partis politiques, médias, maires et président du conseil régional, représentants du CGD.

Tous les sujets abordés ont été orientés dans le sens de la vision prospective de la décentralisation à l’horizon 2040. A terme,  « les collectivités territoriales performantes pourraient délivrer des services publics locaux de qualité et accessibles afin qu’elles puissent impulser un développement local inclusif et durable et animent une démocratie locale ancrée dans le substrat socio-culturel ».

Cela suppose un renforcement des capacités en termes de leadership et de responsabilisation des collectivités territoriales dans la fourniture des services sociaux de base pour l’amélioration des conditions de vie des populations.

Ces préoccupations doivent aller de pair avec les dispositions actuelles du code général des collectivités territoriales et du code électoral qui sont en relecture.

C’est pourquoi la classe politique dans son ensemble s’accorde dans un tel cadre de dialogue pour mener la réflexion autour du mode de désignation des maires et présidents du conseil régional, la question du redécoupage du territoire national, les préoccupations en lien avec la stabilité des conseils municipaux, les privilèges des élus locaux en rapport avec le foncier, le vote des personnes déplacées internes, le vote dans les zones à forte intensité sécuritaire, etc.

L. Dô Sanon

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.