Bobo: La COPA-BF soupçonne le président Damiba de vouloir “restaurer le  CDP”

La Coalition des patriotes africains du Burkina Faso (COPA-BF) a animé une conférence de presse dans la matinée du vendredi 15 juillet 2022 à Bobo-Dioulasso. Objectif, dénoncer la marche de la transition dirigée par le Lieutenant-Colonel Paul Henri Sandaogo Damiba. Les conférenciers ont invité le président de la transition a plutôt s’adonner à la guerre pour le retour de la sécurité au pays des Hommes intègres que de faire de la politique.

Face à la presse à Bobo-Dioulasso, la COPA-BF a donné sa nouvelle position de la marche de la transition au Burkina. D’entrée de jeu, les conférenciers ont reconnu avoir applaudi l’avènement des militaires au pouvoir le 24 janvier dernier. Pour eux, cela s’explique par le fait que le pouvoir déchu avait du mal à contrer les attaques terroristes. «  On n’avait donc perçu les militaires comme des gens venus pour sauver la patrie du joug terroriste. Mais six mois après, le constat est amer. Au lieu de faire correctement la guerre,  on a comme impression que Damiba ne s’intéresse qu’à la politique », a déclaré Yssoufou Niamba, principal conférencier.

C’est au constat de cette réalité que l’OSC revient à la charge pour rectifier sa position. Yssoufou Niamba estime que les agissements du président Damiba prouvent à Souhait le rétablissement d’un ordre ancien. « On constate que la transition est venue pour autre chose que pour la sécurité du pays. Nous nous comprenons maintenant leur restauration comme une restauration des tenants du pouvoir déchu en octobre 2014. La venue au Burkina Faso de Blaise Compaoré sans être inquiété alors qu’il est condamné à perpétuité dans l’affaire Thomas Sankara en est une preuve. Or c’est celui-là même et son clan qui ont été vomis par le peuple en 2014 », ont dénoncé les conférenciers qui invitent Damiba au front pour la sécurité du pays que dans l’arène politique.

La COPA-BF ne s’est pas contentée seulement de dénoncer, elle a aussi fait des propositions pour sortir le pays de l’ornière. “Nous souhaitons une diversification de partenariats et de coopérations militaires en mettant d’abord fin aux accords militaires avec la France.

Aussi les conférenciers souhaitent une nouvelle configuration de la carte diplomatique du Burkina en tenant compte de ses réalités du moment. La contribution de la diaspora dans la lutte contre l’insécurité n’est aussi pas à négliger selon la COPA-BF.

La structure promet de soutenir la transition si toutefois, elle réoriente ses priorités vers la lutte contre le terrorisme. « Nous sommes prêts à aller au front. Mais il faudrait qu’il y ait du sérieux et de la sincérité au sommet de l’Etat dans cette lutte pour la Patrie. Pour nous, aucun sacrifice n’est trop grand pour défendre sa patrie. Il faut que l’engagement ne soit pas aveugle sinon on meurt de manière lâche », est convaincu Yssoufou Niamba.

Du reste, la COPA-BF invite toutes les structures soucieuses de la sécurité au Faso à rester vigilantes pour ne pas que le pays sombre définitivement.

Abdoulaye Tiénon/Ouest-info.net

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.