Bobo-Dioulasso : Ousmane Nacro promet de l’eau potable pour tous dans 2 ans

Un mois après sa nomination au poste de ministre de l’eau et de l’assainissement, Ousmane Nacro effectue des visites de travail dans différents compartiments de son département. Il a été reçu en ce sens, ce lundi 22 février  à Bobo-Dioulasso pour toucher du doigt les réalités en matière de desserte d’eau de la ville. Face aux insuffisances, le nouveau ministre a promis des solutions prochaines.

Les principales installations de l’Onea dans la ville de Bobo-Dioulasso et ses environnants ont été visitées par le ministre de l’eau et de l’assainissement.

En particulier la station de traitement de Nasso, les équipements au quartier Bolomakoté et les forages de Pala qui attendent d’être raccordés à l’ensemble du réseau Onea afin de renforcer la desserte en eau des populations de la capitale économique.

Progressivement, dans un cours et moyen terme, les difficultés d’approvisionnement seront amoindries et les populations en verront le résultat sous peu, et dans deux ans, toute plainte devrait pouvoir être comblée.

Les travaux en cours en ce sens ont été inspectés par le ministre Nacro avec à ses côtés l’équipe régionale de l’Onea et les autorités régionales qui s’impliquent également dans cette préoccupation pour la desserte en eau en faveur des populations.

De nouvelles infrastructures pour résoudre le problème d’eau

L’approvisionnement en eau potable de la population constitue un défi pour la Direction Régionale de Bobo de l’Onea. Ses capacités restent hélas en deçà des besoins réels et à un niveau déficitaire de 30%.

L’ensemble du dispositif hydraulique actuel de la DRB, n’atteint annuellement qu’une production globale de 24 millions de m3 ; c’est ainsi que la production journalière de 56,500 m3 n’arrive pas à répondre aux besoins de la ville de Bobo qui avoisinent 75 mille m3 par jour.

C’est ce qui explique le rationnement de la desserte de la ville, occasionnant des coupures fréquentes au robinet du consommateur dans certains secteurs. Dans la gestion de sa cliente le, l’Onea fait face à des plaintes en ce sens. Toutefois, la situation est loin d’être alarmante en matière d’eau selon les chiffres de l’Onea.

Le taux d’accès étant de 85% pour l’ensemble de la DRB, à la date du 31 janvier 2020, comparativement au taux d’accès à l’assainissement par exemple qui est de 34% à la même date, ou encore le taux de collecte et de traitement des eaux usées qui est de 45%  à la même date.

Pour combler ces déficits, la DRB compte sur l’apport des nouveaux forages en attente de raccordement et la réalisation de nouvelles infrastructures supplémentaires.

Thomas Niger

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.
Copy link
Powered by Social Snap