Bobo-Dioulasso : L’énergie solaire à la conquête des populations

Dans la ville de Bobo-Dioulasso l’utilisation des panneaux solaires prend de plus en plus de l’ampleur. De nombreux citadins utilisent ce moyen pour mener leurs activités quotidiennes.  Et pour mieux s’imprégner de l’impact socio-économique de cette alternative énergétique, une équipe de Ouest Info est allée à la rencontre de différents acteurs qui apprécient diversement l’intérêt et les difficultés de l’utilisation des panneaux solaires pour se fournir de l’électricité.

Bobo-Dioulasso, capitale économique du Burkina Faso. Comme cette ville, en Afrique de manière générale, le titre de capitale fut-il secondaire, rime toujours avec des problèmes socio-économiques comme l’insuffisance de l’énergie électrique pour les populations.

Jusqu’à une période récente au Burkina Faso, seule la Société Nationale Burkinabè d’Electricité (SONABEL) avait le monopole de la gestion de l’énergie électrique. Mais avec la pression démographique qui l’a mise face à ses limites, la SONABEL a aujourd’hui libéralisé le secteur.

Ainsi dans les grandes villes comme Bobo-Dioulasso, certains citoyens opté pour l’énergie solaire de manière volontaire pour les uns et involontaire pour d’autres.

Kobawé est un quartier périphérique situé aux abords du secteur 29 (BelleVille) de Bobo-Dioulasso. Cette zone d’habitats spontanés n’est pas encore couverte par la SONABEL comme cela est de coutume. Ainsi les populations dans leur majorité se sont rabattues sur l’utilisation des panneaux solaires comme source alternative pour se procurer de l’électricité.

La boutique de transfert d’argent de Mohamed Ouattara est alimentée par des panneaux solaires

Mohamed Ouattara est gérant d’une boutique de transfert mobile d’argent à kobawé. C’est grâce à une plaque solaire qu’il parvient à alimenter sa boutique et ce, depuis maintenant plus de deux ans. Des ampoules allumées, de la musique d’un appareil branché à l’énergie issue de la plaque, le jeune commerçant ne s’en plaint pas. Mieux il loue les avantages de cette source d’énergie libre d’accès et de gestion.

« L’installation d’une plaque solaire présente beaucoup d’avantages économique car elle permet de faire des économies par rapport à l’énergie thermique », Mohamed Ouattara a-t-il venté l’énergie solaire dont il conseille l’utilisation à tout acteur économique dont la consommation d’énergie électrique est limitée afin de mieux économiser.

Plus loin dans la même sphère géographique, avons-nous rencontré Ismaël Zoungrana, chef de famille qui utilise le solaire pour alimenter sa cour. « J’utilise deux plaques solaires pour alimenter ma maison depuis un (01) an. Je remarque que cela me coûte moins cher par rapport à l’électricité de la SONABEL si l’on essaie de faire une comparaison », s’est-il montré très favorable à l’utilisation du solaire comme source alternative d’énergie électrique.

Et Ce n’est pas que dans les quartiers périphériques que l’utilisation du solaire est constaté. Aussi dans les zones viabilisées, des gens utilisent des plaques solaires qui leur fournissent du courant électrique.

C’est le cas de Lassina sawadogo, jeune coiffeur installé à Sarfalao. Selon lui l’utilisation de la plaque solaire est une véritable solution pour la population parce qu’elle permet d’être à l’abri des coupures intempestives de courant. « L’utilisation du solaire est bénéfique à plus d’un titre. D’abord, on se met à l’abri des incessants délestages. En plus de cela, il n’y a pas de facture à payer en fin de mois. Du coup, cela arrange les petits opérateurs économiques comme moi. Vraiment sans mentir, le solaire est une très bonne alternative pour les populations. Beaucoup de familles vivent aujourd’hui grâce au solaire » a témoigné Lassina Sawadogo qui invite par ailleurs l’Etat à réguler le marché des équipements solaires car certains commerçants vendent du matériel solaire défectueux ou de faible qualité.

Lassina sawadogo, jeune coiffeur installé à Sarfalao, utilise l’énergie solaire

Dans le voisinage de Lassina Sawadogo, ils sont nombreux à avoir fait des installations pour se procurer de l’énergie solaire ne serait-ce que pour combler le temps des coupures du courant de la nationale de l’électricité.

Tout comme Lassina, tous les utilisateurs de l’énergie solaire que nous avons touchée évoque en chœur le problème de batterie. Pour eux, les batteries ne durent pas avant de s’user lorsqu’on les installe. Toute chose qu’ils souhaitent voir se corriger pour que l’utilisation du solaire puissent s’imposer à tous comme solution alternative aux problèmes d’électricité dans les grandes villes du pays comme Bobo-Dioulasso.

Issif Barra est technicien et spécialiste en montage de feux tricolores solaires made in Burkina. Il est basé au secteur 24 de Bobo-Dioulasso. Il voit autrement le problème de l’utilisation du solaire. « De manière générale, l’utilisation des panneaux solaires revient parfois plus chère par rapport à l’énergie thermique. Cela est dû au prix élevé des équipements et de l’installation » a-t-il précisé.

Interrogé au sujet des batteries et des plaques qui ne seraient pas dans la plupart des cas de bonne qualité, le spécialiste du solaire explique: « Le problème de batteries et de plaques se situe au niveau des techniciens qui ne disent pas souvent la vérité aux clients et des utilisateurs. Ce qui les amène à acheter des batteries et plaques à bas prix sur le marché plutôt que ce qui est original. Pour une utilisation efficace de la plaque solaire il faut donc se procurer des batteries originales et faire un bon dimensionnement lors du montage. Sinon autrement fait, ça ne marchera pas bien ».

Issif Bara fabrique des feux tricolores solaires à Bobo

Outre le coût du matériel qui, selon lui, reste encore élevé malgré les efforts de réduction des prix par l’Etat, Issouf Barra est sûr d’une chose. «  L’énergie verte a de l’avenir au Burkina si les gens acceptent mettre la main à la poche pour se procurer des batteries de bonnes qualités qui peuvent avoir une durée de vie de 08 ans maximum » a-t-il rassuré.

Au-delà de son aspect socio-économique, il est important de noter que l’énergie solaire a d’autres avantages. Cette énergie inépuisable qualifiée d’énergie verte ne rejette pas de carbone dans l’atmosphère, n’émet pas de gaz à effet de serre et contribue très peu au réchauffement climatique  c’est donc dire que l’impact environnemental de l’utilisation de l’énergie solaire est très faible.

Abdoul Aziz Senou/stagiaire (Ouest-info.net)

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.
Copy link
Powered by Social Snap