Bobo-Dioulasso : c’est parti pour la Fibo 2021

« Politique de normalisation, vecteur de conquête de marché, à l’exportation des produits agroalimentaires en Afrique », c’est sous ce thème que le Haut Commissaire du Houet, Lamine Soulama, représentant le Premier Ministre, a officiellement ouvert les portes de la 8ème édition de la Foire Internationale de Bobo (Fibo) ce samedi 20 mars 2021 sur l’aire d’exposition de la SNC.

Par ce thème qui est plus que d’actualité, la Fibo 2021 voudrait selon le président du comité d’organisation, contribuer à relever, grâce à l’information, la sensibilisation et la formation,  le défi de cette problématique qui fait que le continent africain ne pèse pas dans le commerce mondial.

Le secteur des produits agroalimentaires constitue une opportunité pour les pays africains d’accroître de façon substantielle les revenus des ménages en vue d’améliorer leur niveau de vie et de conquérir les marchés extérieurs qui sont caractérisés par une crise alimentaire et financière qui secoue tous les pays sans exception.

La maîtrise de la technologie et de la qualité en sont des facteurs clés.  Pour que nos entreprises entrent dans la mondialisation, il faut qu’elles fabriquent des produits conformes aux normes internationales et acquièrent des labels. 

La concurrence impose donc un relèvement du niveau de qualité des produits exportés tout en se conformant aux normes imposées par le marché et aux exigences en matière de protection de l’environnement, est convaincu le président du comité d’organisation de la 8ème édition de la foire internationale de Bobo.

Le Président du conseil régional des Hauts Bassins, Boyo Célestin Koussoubé en sa qualité de parrain de la Fibo 2021,  pense que les organisateurs sont des visionnaires au regard du choix pertinent du thème. « Aujourd’hui, de par le monde si vous n’avez pas de produits certifiés et bien normalisés vous ne pouvez pas être compétitifs » a-t-il avancé tout en prenant l’engagement de perpétuer le partenariat entre la Fibo et le conseil régional des Hauts-Bassins.

La Commune est également à l’avant-garde de ce partenariat depuis 2019 avec l’institutionnalisation d’une subvention de 20 millions de F CFA, à chaque édition.

La chambre de commerce n’est pas en reste avec le vice-président de la délégation consulaire comme co-parrain.

Ainsi, la journée du 23 mars sera consacrée à un atelier de formation des exposants sur les normes internationales de qualité des produits agroalimentaires. Le lendemain, soit le 24, sera une journée de concertation sur le projet de création du Réseau des Acteurs Professionnels pour la gestion et l’Exploitation de la Fibo (RAPGEF).

Les organisateurs estiment qu’après 14 ans de Fibo, l’événement a contribué à sensibiliser et a informer et il est temps de constituer un réseau qui va favoriser une synergie d’action entre les acteurs.

L’objectif est de permettre aux acteurs à travers le réseau qui est en gestation, de s’approprier la manifestation.

Ben Idriss Koné/Ouest-info.net

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire