Barrage de Samendeni: des populations victimes d’actes de vandalisme reclament justice

Des populations des villages de Sadina et de Soungalodaga, affectées par la construction du barrage de Samendéni et victimes d’actes de vandalisme ont animé ce vendredi 10 juillet 2020, une conférence de presse dans le village de Sadina pour exprimer leurs souffrances et peines vécues dans ces localités depuis maintenant 3 ans.

Suite au dédommagement des populations affectées par la construction du barrage de Samendeni était né un affrontement entre certaines populations, d’autres voulant être mieux traitées. Cette situation remontant à décembre 2019 avait occasionné des dégâts matériels.

Ainsi, selon les conférenciers du jour, une dizaine de blessés, 22 motos et 5 vélos incendiés, des habitats détruits sont à compter parmi les dégât dudit affrontement. Selon le principal conférencier Bakary Sanou, ces agressions ont eu lieu dans le village de Sadina le 29 décembre 2019.

Au lendemain des dégâts enregistrés à Sadina, poursuit-il, les mêmes individus se sont dirigés à Soungalodaga où ils ont causé d’autres dégâts plus importants à hauteur de 60 millions de francs CFA.

C’est ainsi, ajoute Bakary Sanou que certains de ces individus seront mis aux arrêts pour être relâchés au bout de 3 mois. Ainsi, souligne-t-il, tout le groupe a recouvré la liberté en une année sans que les victimes, dit-il, ne soient situées sur leur sort quant à la réparation qu’elles attendent.

Pour les conférenciers, ce dossier ne devrait pas être traité de la sorte. « Nous, nous pensons que nous sommes dans un Etat de droit et ce droit doit être appliqué à tous les Burkinabè sans distinction » ont-il indiqué avant d’inviter les plus hautes autorités à prendre en main leurs préoccupations afin qu’ils puissent avoir gain de cause.

« Nous réclamons alors la réparation des faits pour servir d’exemple à d’autres localités qui vivent la même situation. C’est pourquoi, nous interpellons le président du Faso, le médiateur du Faso et toute autre institution pouvant nous faire droit à s’impliquer pour notre cause » a conclu Bakary Sanou.

Pour rappel, c’est suite au projet de construction du barrage de Samendéni, que les populations affectées ont été dédommagées puis relogées. Parmi ces populations dédommagées, certains ont souhaité avoir plus que ce qu’ils ont reçu.

C’est ainsi que ces derniers se sont opposés aux travaux de réfection de l’axe Sadina-Kôkôrô, menaçant d’incendier la machine sur le chantier, réclamant un surplus de 15 millions chacun sur leur dédommagement.

LD 

Laisser un commentaire