Aviculture dans les Hauts-Bassins : 115 acteurs du Kénédougou formés aux techniques améliorées

Dans le cadre de son projet intitulé «  formation de 200 agripreneurs des Hauts-Bassins dans les métiers de l’aviculture et dotation en kits de production », l’association jeunesse et entrepreneuriat (AJE) a organisé à Orodara dans la province du Kénédougou un atelier de formation au profit de 115 jeunes et femmes exerçant dans l’aviculture. Cet atelier,  organisé en partenariat avec le Projet d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (PAFPA) visait à renforcer les compétences des apprenants et par ricochet, booster leurs activités. La cérémonie de clôture de cette formation est intervenue le 26 mars dernier, après 5 jours de travaux.

Faire de la région des Hauts-Bassins le carrefour de la volaille au Burkina Faso, c’est une des ambitions que s’est assignée l’association jeunesse et entrepreneuriat.

Et pour y parvenir, elle met l’accent sur le renforcement des capacités des acteurs à travers la formation entre autres.

C’est dans cette dynamique que la formation de Orodara a été organisée en partenariat avec le PAFPA au profit de 115 jeunes et femmes de la province du Kénédougou, exerçant dans la filière avicole. « De plus en plus, les jeunes s’adonnent à l’activité d’élevage, surtout de la volaille. Cependant, ils ne maitrisent pas les techniques qui puissent leur permettre de booster leurs activités. C’est la raison pour laquelle nous avons initié cette formation en vue de permettre aux bénéficiaires d’acquérir des compétences à même de booster leurs activités », a indiqué Emmanuel Ouattara, président de l’association organisatrice de la formation.

5 jours durant, la formation a permis d’outiller les participants sur les notions d’élevage de la volaille. Et ce sont des participants fiers qui sont repartis. « Nous avons appris les techniques d’élevage amélioré, c’est-à-dire, comment faire pour que nos pratiques traditionnelles donnent de bons rendements », se sont-ils réjouis.

Si les participants sont satisfaits des modules appris, le PAFPA quant à lui, n’a pas eu tort de financer cette formation à hauteur de 95% et ce, au regard de sa pertinence, selon son représentant Albert Bazié. « Le PAFPA étant une structure de formation professionnelle, nous avons voulu, une fois de plus, accompagner cette association pour la mise en œuvre de ce projet que nous estimons pertinent », a soutenu Iso Simplice Bazié, chef d’antenne des Hauts-Bassins du PAFPA.

Cette formation qui s’est soldée par une remise de kits d’installation aux participants, a été fortement saluée par le ministère en charge de la Jeunesse, à travers sa direction régionale des Hauts-Bassins.

Le secteur avicole au Burkina Faso, rappelons-le, est caractérisé par un cheptel numériquement important estimé à 40 millions de volailles, avec une consommation moyenne de 6 000 tonnes d’œufs par an, selon la FAO en 2018.

Selon la même étude, avec une contribution d’environ 6% du PIB agricole, la production aviaire fournit les moyens de subsistance à environ 1,6 million de producteurs et de ménages burkinabè.

JK/Ouest-info.net

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.
Copy link
Powered by Social Snap