Augmentation des tarifs de la société Orange : Une occasion de montrer que le pays est gouverné

Dans un communiqué daté du 30 janvier 2020 et relayé par les médias et les réseaux sociaux, la société de téléphonie mobile Orange annonce un réajustement de ses tarifs à la hausse, à partir du 17 février 2020.

« Ce réajustement tarifaire fait suite à l’entrée en vigueur de la loi de finances pour l’exécution du budget de l’Etat, exercice 2020, qui augmente le taux de la taxe spécifique sur les entreprises de télécommunication à 7% du chiffre d’affaires réalisé par chaque entreprise », explique la société.

Autrement dit, les usagers de cette téléphonie mobile devraient, à partir du 17 février prochain, constater une augmentation des coûts de leurs consommations de l’ordre de « 2,04% sur l’ensemble des offres qui leur sont proposées » par cette société et ce, dans un contexte où la qualité des services de l’ensemble des sociétés de téléphonie laisse à désirer.

Pendant que les usagers, et les burkinabè en général dénonçaient cet état de fait, c’est le premier ministre himself qui, dans la foulée, juge « inacceptable » cette augmentation.

« Le communiqué de orange Burkina relatif à l’augmentation des tarifs est inacceptable. Les débats opérateurs de téléphonie/Arcep sur la question sont antérieurs à la loi de finance 2020 et font l’objet d’une étude. Le gouvernement n’acceptera aucune augmentation avant les conclusions » s’est-il offusqué dans un tweet publié le dimanche 02 février.

Il est donc clair que rien ne justifie pour l’heure, cette volonté du réseau orange d’augmenter ses tarifs.

Le gouvernement restera-t-il ferme quant à la volonté affichée par le premier ministre ou fera-t-elle l’effet de feu de paille ?

Dans un contexte où l’autorité de l’Etat est de plus en plus mise à rude épreuve, cette volonté du réseau d’augmenter les tarifs de ses prestations, se présente comme une aubaine pour le gouvernement de montrer aux burkinabè et même au monde entier que « le pays est gouverné ».

Le pays est gouverné suppose que personne ni aucune structure ne puisse y venir faire n’importe quoi sans subir la rigueur de la loi.

Du reste, cette augmentation qui s’annonce alors que les conclusions de l’étude en la matière ne sont pas disponibles, s’apparente à de l’incivisme de la part de cette multinationale.

Et il est du devoir du gouvernement de la rappeler à l’ordre. En tout cas le premier ministre a été clair sur la question en disant que le gouvernement n’accepterait aucune augmentation avant les conclusions.

Attendons donc de voir qui du gouvernement ou de orange reviendrait sur sa position. En tout cas le gouvernement n’y a pas intérêt au risque d’être traité de populiste!

La rédaction

Laisser un commentaire