Arrondissement 2 de Bobo: des femmes de petits marchés mécontentes de la gestion du volet social du coronavirus

Ce mardi 30 juin 2020, les femmes commerçantes des marchés de Colma et d’Accart-ville ont organisé une marche sur la mairie de l’arrondissement n°2 de la commune de Bobo-Dioulasso. Objectif, manifester leur mécontentement quant à la gestion des fonds du volet social du coronavirus. Elles dénoncent un faible accompagnement du service social de la mairie en question.

Dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus, le président du Faso avait décrété une série de mesures sociales pour accompagner les couches vulnérables et les acteurs économiques les plus éprouvés par la maladie.

Pour ce qui concerne les femmes des petits marchés de Bobo, celles-ci disent avoir reçu la promesse de bénéficier d’un accompagnement de 20 000 FCFA chacune par mois et ce, pendant 3 mois.

Pour Awa Ouarmé, commerçante au marché de Colma, elles qui sont des marchés de Colma et d’Accart-ville n’ont pas bénéficié du même traitement que les femmes des marchés des autres arrondissements. ‹‹ Seulement 36 femmes ont été recensées au marché de Colma contre des centaines dans les autres marchés. En plus de cela, notre marché a été écarté lors de la distribution du riz aux personnes vulnérables. Aussi, les autres marchés ont bénéficié de lave-mains, mais chez nous, c’est nous qui avions cotisé pour acheter des lave-mains pour le marché alors que nous payons nos taxes au même titre que les autres marchés » s’est-elle indignée.

A l’en croire, les responsables de l’action sociale justifient cela par le fait que le marché de Colma n’était pas concerné par la mesure de fermeture des marchés. Toute chose qu’elle infirme car elles auraient été plusieurs fois chassées du marché pour les faire respecter la mesure de fermeture des marchés.

Issa Gnissien, chef du service social de l’arrondissement n°2,

Pour Issa Gnissien, chef du service social de l’arrondissement n°2, une rencontre a eu lieu avec les responsables des marchés pour un éclaircissement sur la question. Selon lui, un recensement a ainsi été fait dans les 8 marchés que compte l’arrondissement et certaines bénéficiaires ont déjà perçu leur financement. « Nous avons été surpris par la visite inopinée de certaines femmes du marché de Colma et d’Accart-ville, sous prétexte qu’elles ont été recensées et n’ont pas été prises en charge dans la répartition des fonds », s’est-il étonné.

Et à ce dernier d’appeler les femmes au calme en les rassurant que la répartition est toujours en cours et que toutes les femmes concernées seront prises en compte.

LD

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire