Arnaque de personnes en détresse : le blogueur social Bassirou Badjo interpelle la ministre de la femme (lettre ouverte)

Ceci est une lettre ouverte du travailleur et blogueur social Bassirou Badjo, dans laquelle il interpelle la Ministre de la Femme, de la Solidarité Nationale, de la Famille et de l’Action Humanitaire par rapport à un phénomène d’arnaque dont seraient victimes des personnes en situation de détresse. Lisez plutôt !

Madame la Ministre, recevez avant tout propos mes salutations les plus cordiales et ma gratitude pour les sacrifices et efforts consentis constamment sous votre leadership pour le bien-être des couches vulnérables.

Madame la Ministre,

Lasse d’attendre et d’assister impuissamment le larmoiement de ces nombreuses victimes, j’ai décidé de vous adresser cette lettre ouverte tout en espérant une réaction de votre part. Votre voix portera mieux et atteindra le maximum de personnes. Des plaintes ont été enregistrées certes, mais jusque-là, elles n’ont pas encore produit d’effet, le crime si l’on peut l’appeler ainsi continu.

Madame la ministre, de quoi s’agit-il? Un monsieur qui utilise un numéro 52551783, identifié au nom de Sawadogo Aboubacar, se fait passer pour un directeur provincial en charge de l’action sociale pour arnaquer des personnes en détresse qui lance les avis de recherche d’un proche égaré via les réseaux sociaux ou sur les ondes des radios.

Il soutire leurs contacts et les convainc que leur proche a été intercepté par les forces de l’ordre et remis à sa structure. Il met sa victime en confiance avant de demander de l’argent pour le carburant qui va servir de dépenses liées au retour en famille.

Il maîtrise bien le fonctionnement des services sociaux à tel point que toute personne en détresse se laisserait emporter. Il donne ensuite un numéro sur lequel la victime doit effectuer le transfert. Le scénario se termine avec le transfert. Il a déjà fait plusieurs victimes.

Madame la ministre,

Ce comportement peu catholique de ce délinquant est non seulement très dangereux mais aussi constitue une barrière entre certaines victimes et les services de l’action sociale qui malgré la modestie de leurs moyens de travail s’alignent dans l’atteinte des objectifs du ministère dont le plus important est d’apporter un soulagement aux personnes vulnérables.

Il est temps que votre ministère communique pour restaurer cette confiance et alerter le maximum de la population afin qu’elle prenne les dispositions idoines pour éviter les offres suicidaires de ce monsieur qui se fait passer pour un responsable dans votre ministère. 

Madame la ministre,

Aucun doute, le monsieur est un habitué du ministère en charge de l’action sociale et un spécialiste en arnaque. Sinon il serait mis aux arrêts depuis 2018. Raison de plus pour que vous vous intéressez à la chose en apportant votre touche.

Pourquoi pas, cela pourrait réactiver les services de recherches de la police et de la gendarmerie, qui ont certes beaucoup à faire mais se donneront les moyens nécessaires pour mettre le faux directeur provincial hors d’état de nuire.

Ne dit-on pas que le silence face à une injustice fait du témoin un complice? Nous avons suffisamment communiqué sur le monsieur. Malheureusement cette communication, cette indignation reste et s’éteint sur les réseaux sociaux. Comme un temps de repos, il se réveille et reprend le service avec de nombreuses victimes.

A travers cette lettre ouverte, qui j’espère vous atteindra, je m’érige en porteur de voix qui demande votre arme pour venger toutes les victimes de ce monsieur sans foi ni loi. L’image de l’action sociale sera également lavée.

Tout en vous reconnaissant le mérite de la diligence dans le traitement des dossiers sensible comme celui-ci, je vous souhaite une bonne réception et vous prie d’accepter mes chaleureuses salutations.

BADJO Bassirou

Travailleur Social/Blogueur

[email protected]

71356540

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire