Arcop : Le système national de passation des marchés publics des exercices 2018 et 2019 audité

Dans le but de rendre encore plus performant le système national de passation des marchés publics au Burkina Faso, l’autorité de régulation de la commande publique (Arcop) a commandé, auprès d’un Consultant, l’audit des marchés publics des exercices 2018 et 2019. Réunis ce jeudi 17 juin 2021 à Ouagadougou au cours d’un atelier, les responsables des structures de contrôle, les représentants des autorités contractantes entre autres, ont examiné le rapport provisoire du Consultant afin de le parfaire et lui donner une suite appropriée. Cet atelier a été présidé par le secrétaire permanent de l’Arcop, Tahirou Sanou.

Après l’audit indépendant des passations des marchés publics des exercices 2008 et 2009 effectué en 2010, celui des exercices 2012 et 2013 effectué en 2014, l’Autorité de régulation de la commande publique (Arcop) a commandé un autre audit du système national de passation des marchés publics des exercices 2018 et 2019.

Thierry Dossu, l’Associé-gérant du Cabinet d’Expert commis à la tâche

Il s’agissait pour la Nationale de la régulation des marchés publics au Burkina Faso d’évaluer le mécanisme de passation des marchés publics, de relever ses forces et ses faiblesses afin de le rendre davantage plus transparent et efficace.

Cet Audit a été effectué par un Cabinet d’experts indépendants qui a travaillé pendant plusieurs mois sur un échantillon constitué de façon aléatoire. Ce sont en tout 2.000 marchés de 128 autorités contractantes de tout niveau qui ont été analysés par les Experts du Cabinet recruté.

Et au terme de son expertise, l’Associé gérant du Cabinet, a déposé un rapport provisoire de son Audit sur les passations de marchés publics des exercices 2018 et 2019 auprès de l’Arcop. Et c’est ce rapport qui a est soumis à l’appréciation des différentes autorités contractantes du Burkina Faso au cours de cet atelier du 17 juin 2021 à Ouagadougou.

Thierry Dossu, l’Associé-gérant du Cabinet d’Expert a indiqué qu’il s’agissait entre autres pour eux d’examiner le système de passation des marchés publics et d’apprécier la conformité des textes en vigueur avec, les standards internationaux et les directives de l’OHADA.

Des faiblesses décelées dans le système de passation des marchés publics

Et au cours de leurs travaux, le Cabinet a pu déceler des faiblesses dans ce système de passation des marchés publics au Burkina Faso. Il cite entre autres des problèmes au niveau de l’archivage dans l’administration de façon générale, l’absence de certaines pièces importantes et des faiblesses au niveau de la planification des marchés.

Selon le Secrétaire permanent de l’Arcop, Tahirou Sanou, l’audit commandé revêt une importance capitale pour l’institution qu’il dirige

Pour lui, l’importance de cet atelier réside en ce qu’il permettra de pouvoir suggérer la prise de dispositions qui faciliteront la levée de toutes les non-conformités relevées plus haut.

Selon le Secrétaire permanent de l’Arcop, Tahirou Sanou, l’audit commandé revêt une importance capitale pour la Nationale de la régulation des marchés publics. Il permet de pouvoir évaluer l’efficacité du dispositif normatif en matière de passation des marchés afin de pouvoir déceler des insuffisances qui seront corrigées par la suite.

Tahirou Sanou a fait noter que le rapport provisoire sera passé en revue par les participants de l’atelier pour le parfaire. Le rapport final qui sera adopté à l’issue de cet atelier, fera des recommandations à prendre en compte pour rendre encore plus efficace et transparent le système de passation des marchés publics au Burkina Faso.

C’est pourquoi, il a invité les participants à être assidus pour que des conclusions pertinentes ressortent  de ce rapport final au grand bonheur du développement du Burkina Faso.

Cheick Traoré/ Ouagadougou

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.
Copy link
Powered by Social Snap