Année académique 2019-2020 à l’Université Nazi Boni : le président Macaire Ouédraogo dresse un bilan « acceptable »

Devoir de redevabilité oblige, le président de l’université Nazi Boni (UNB), le Pr Macaire Ouédraogo a rendu compte du Bilan de l’année académique écoulée de son institution ce jeudi 13 février 2020 au centre de formation et de recherche (ex centre de calcul) à Bobo- Dioulasso. Le but de cette journée, soutient-il, est de faire une introspection de la gouvernance de l’université au plan non seulement technique et administratif, mais aussi académique. Elle a été placée sous le thème : « la redevabilité : une exigence de l’excellence universitaire ». C’était en présence d’autorités communales, du personnel et des étudiants qui ont suivi avec grand intérêt cet exercice.

Pour Macaire Ouédraogo, le bilan de l’année académique 2019-2020 est acceptable. Acceptable en ce sens que sur le plan académique, on a assisté, à en croire ses propos, à l’UNB, au déroulement normal dans un climat apaisé, des activités grâce au sens élevé du dialogue des différents acteurs. Du côté administratif on note, dit-il, avec satisfaction la tenue régulière des instances statutaires que sont le conseil scientifique, le conseil de vie et de formation universitaire et le conseil d’administration.

En jetant un regard sur la formation universitaire, faut-il se réjouir, précise-t-il de l’accroissement de la diversité de l’offre de l’enseignement à travers l’ouverture de nouvelles filières et de nouveaux masters de l’ESI, à l’UFR/ST et à l’INSSA. Macaire Ouédraogo, en plus affirme avoir inscrit l’UNB à l’auto évaluation institutionnelle par les experts du CAMES avec l’accompagnement de l’institut de la francophonie pour la gouvernance universitaire.

Dans cette lancée, il a été procédé à l’évaluation de 5 domaines de l’UNB dont la gouvernance, l’offre de formation, la recherche, la vie universitaire et la responsabilité sociétale ; avec des résultats probants selon le président de l’UNB.

Elle est la première université publique à s’être soumis à cette évaluation. Constate-t-il avec honneur. Son ambition, ajoute-t-il, est d’inscrire d’ici 5 ans avec un peu plus d’effort, l’UNB pour une accréditation ISO. Une motivation nourrit par sa vision partagée par tous ses collaborateurs qui est celle de la transformation qualitative des ressources humaines et matérielles en vue de consolider durablement l’excellence universitaire à l’horizon 2025.

Se penchant sur l’accroissement des capacités d’accueil, il a souligné le démarrage des travaux de construction de 4 bâtiments au profit de l’ESI, l’IUT, l’IDR, et du service financier qui seront réceptionnés dans au plus tard 5 mois. Il faut ajouter à cela l’ouverture d’un certain nombre de chantiers et l’inauguration de la voie d’accès à l’INSSA.

Pour plus de visibilité, l’UNB, d’après son premier responsable, s’est attelée à l’organisation des journées portes ouvertes de l’université. Pour un coup d’essai martèle Macaire Ouédraogo, ce fut pour cette activité un coup de maître, de par sa réussite. Il s’agit là, des précisions données entre autres par Macaire Ouédraogo lors de cette journée de redevabilité.

Cet exercice du président de l’UNB n’est pas passé inaperçu par les étudiants. Ces derniers ont en effet, salué par la voix de leur délégué général, Ismaël Franck Gassambé cette action à sa juste valeur.
Bilan satisfaisant certes, mais le président de l’UNB reconnait que le fonctionnement de son institution n’est pas exempte de toutes difficultés.

Beaucoup de défis restent à relever en 2020, se référant à ses propos, notamment la résorption du retard rappelé par les étudiants durant la cérémonie. Il a donc tenu à les rassurer que des stratégies sont en cours d’analyse pour que d’ici 2 ans, ce retard ne soit qu’un mauvais souvenir.

La preuve qu’il est à l’écoute des différentes préoccupations des étudiants, une de ces qualités qui lui a valu la note de 16/20, attribuée par les étudiants de son université.

Abdoul-Karim E. Sanon

Laisser un commentaire