Abass Sangaré du CDP/Houet : “Le CDP se porte très bien dans le Houet…”

image_pdfimage_print

Abass Sangaré est le secrétaire chargé de l’information et de la communication dans le bureau provincial du Houet, du congrès pour la démocratie et le progrès (CDP/Houet). Dans cette interview qu’il nous a accordée le 05 août dernier à Bobo-Dioulasso, l’homme a répondu à des questions comme l’état de « santé » du CDP dans la province, le niveau de développement de la commune de Bobo et les ambitions du CDP pour la commune aux prochaines élections municipales.

Ouest Info : Comment se porte le CDP dans le Houet ?

Abass Sangaré : Le CDP se porte très bien dans la province du Houet. Nous avons même des perspectives pour les échéances à venir car nous irons à la conquête des différentes mairies.

Ouest Info : Voulez-vous dire que le départ du Dr Alfred Sanou au MPP n’a pas eu d’impact sur la vie du parti dans le Houet, quand on connait son poids dans l’échiquier politique de la province ?

Abass Sangaré : Nous déplorons le départ du Dr Alfred Sanou qui était le 3ème vice-président du parti au niveau national. Il a milité dans le parti plus d’une vingtaine d’années. Il a occupé différents postes de responsabilité. Il a été maire, député, président du conseil régional (ndlr Hauts-Bassins) sous la bannière du CDP. Nous regrettons certes  son départ, mais dire que cela va entrainer la mort du CDP dans le Houet, je dis NON. Vous devrez savoir que le CDP est le parti le mieux structuré au Burkina Faso. En partant au MPP, le Dr Alfred Sanou a certainement des intérêts propres à lui. Est-ce que ces intérêts profiteront aux militants à la base qui, étant au CDP, peuvent conserver leurs acquis. Je ne pense donc pas que ces derniers accepteront le suivre. Ce qui est au moins sûr, nous n’avons jusqu’à preuve du contraire, reçu des lettres de démissions de militants à part lui. Donc, rassurez-vous. Le CDP se porte bien, et même très bien dans le Houet.

Ouest Info : Est-ce à dire que le CDP est capable aujourd’hui d’engranger des victoires aux prochaines élections municipales?

Abass Sangaré : Referez-vous aux résultats des élections couplées de 2020. D’aucuns avaient prédit que le CDP n’aurait même pas un seul député. Malgré les moyens colossaux injectés par le parti au pouvoir dans cette province (que je connais mieux), nous avions obtenu un poste de député sur une prévision initiale de deux députés.

Quoiqu’on dise, il y a des militants convaincus au CDP. Et ils se comptent par milliers.  Je puis donc vous dire que le CDP va faire mal aux prochaines élections municipales dans le Houet. A la différence des élections législatives et présidentielles, on ne se bat pas aux municipales pour un individu mais pour soi-même car le conseiller ou le maire que nous allons élire peuvent défendre directement nos intérêts. Les uns et les autres vont donc lutter pour leurs propres intérêts. Au CDP, nous avons la qualité. Nous avons des gens qu’il faut sur le terrain. Nous allons rafler des mairies dans la province.

Ouest Info : C’est qui un militant de qualité ?

Abass Sangaré : Un militant de qualité est un militant convaincu. Et ces militants, pour rien, ils ne quitteront pour aller dans une autre formation politique. Au CDP, nous en avons assez. Et c’est ce qui fait la particularité et la force de notre parti. Avec ces genres de militants, on ne peut qu’être confiant !

Ouest Info : Quelle lecture faites-vous du niveau de développement de la commune de Bobo-Dioulasso comparativement au moment où le CDP était aux affaires ?

Abass Sangaré : Le maire fait de son mieux. Mais je vous assure que la commune n’a pas bougé d’un iota. Durant les 5 ans de mandat du MPP à la tête de Bobo, nous n’avons eu qu’un seul goudron de moins de 2 kilomètres qui du reste, n’est pas encore inauguré. Côté jeunesse, aucune perspective.

A par les réhabilitations de quelques tronçons, qu’est-ce qu’on peut montrer en termes de développement concret dans  la ville de Bobo ? Rien ! Malgré les efforts de la chambre de commerce (au passage, je fais un clin d’œil au président Lassiné Diawara), en vue de booster le développement de la commune, le développement tarde à venir parce que les autorités politiques, au lieu de se donner la main, passent leur temps à se bagarrer. Tant que le maire de la commune et les maires d’arrondissement ne parleront pas le même langage, il serait difficile d’amorcer un véritable développement.

Ouest Info : Voulez-vous dire que l’équipe actuelle est incompétente ?

Abass Sangaré : Je ne dirai pas cela. Mais quand on regarde ce qui se passe dans la ville, c’est vraiment frustrant. Au lieu de se donner les mains pour tirer la ville vers le développement, ils sont divisés. Ce que la population attend ne sera donc pas une réalité. En tout cas pas sous ce mandat qui de mon avis, est un fiasco.

Ouest Info : Un fiasco que le CDP pourrait certainement saisir pour revenir à la tête de la commune alors ?

Abass Sangaré : Notre souhait, serait que ces gens-là fassent mieux que leurs prédécesseurs en termes de développement de la commune. Malheureusement, nous avons compris, 5 ans après, qu’ils ne peuvent pas faire mieux tant qu’ils sont dans ce système. On a comme impression qu’ils ne sont pas autonomes. Tant que Bobo ne sera pas autonome (en termes de prises de décision), il serait difficile qu’elle puisse se développer. Pour quoi que ce soit, on est toujours obligé de courir vers Ouagadougou. Même pour réconcilier des maires d’arrondissements et le maire central, il faut courir vers Ouagadougou.

On ne peut pas développer une ville à partir d’une autre ville. La moindre chose, chacun court à Ouagadougou voir son mentor. Quel Ouagalais est déjà venu à Bobo-Dioulasso chercher des solutions à leurs problèmes ? Les acteurs actuels ne peuvent pas faire l’affaire de la ville parce qu’eux-mêmes, n’arrivent pas à s’entendre pour amorcer le développement qu’ils ont promis à la population. Et comme vous le savez, sans paix, point de développement.  A Bobo, au lieu de se battre pour le développement, on passe le temps à des querelles d’intérêts personnels au lieu de l’intérêt collectif. Et cela est pour nous, du pain béni.

Ouest Info : Si vous devriez battre campagne aux prochaines élections, quel serait votre message aux populations de la ville de Bobo ?

Abass Sangaré : C’est un message d’espoir et de la rupture d’avec les méthodes qui maintiennent Bobo-Dioulasso dans la dépendance. La population de Bobo sait ce qu’elle veut pour sa ville. Elle a d’ailleurs vu ce que ces gens-là ont fait pendant ces 5 ans et plus.

L’avenir de cette ville dépend d’elle.  Ils ont promis le développement de cette ville. Mais rien. C’est donc à la population de savoir saisir les opportunités pour rattraper ce qui peut encore l’être. Pour cela, il faut un sursaut patriotique. Il faut qu’on arrive à gérer cette ville de sorte que d’autres villes puissent envier Bobo-Dioulasso, comme une vraie capitale économique à l’image d’Abidjan.

Ouest Info : Est-ce que le CDP va présenter un candidat pour reconquérir la mairie de Bobo ? 

Abass Sangaré : Le CDP est un parti politique, la force politique du Burkina Faso. Et qui dit parti politique, dit visions de développement. Et pour mettre en œuvre ces visions, il faut être à un certain niveau de responsabilité. Le CDP a donc une vision pour le développement de Bobo-Dioulasso. C’est donc dire qu’il a un candidat qui ira à la conquête de la mairie afin de pouvoir mettre en œuvre cette vision.

Ouest Info : Qui est-ce candidat ?

Abass Sangaré : Rire. Au moment opportun, vous le saurez.

Ouest Info : Ne pensez-vous pas qu’il est temps de le dévoiler parce que les élections ne se gagnent pas en 2 ou 3 mois ?

Abass Sangaré : Nous en sommes conscients.  Qui veut aller loin ménage sa monture. Qui va en guerre aussi, à ses stratégies de guerre.  Il ne faut donc pas tout dévoiler sur la place publique parce que jusqu’à preuve du contraire, on ne sait pas quand auront lieu les élections. Il faut donc prendre votre mal en patience. Quand la date des prochaines élections municipales sera fixée, vous saurez qui est le candidat du CDP pour la conquête de la mairie de Bobo-Dioulasso et des autres maries de la province

Ouest Info : Un mot de fin ?

Abass Sangaré: Oui. Juste appeler les uns et les autres à se donner la main pour faire face au terrorisme qui endeuille notre pays. Nous sommes en train de parler d’élection. Encore faut-il que le pays existe. Donnons-nous donc la main, pour la défense de notre très cher Burkina Faso. Et cela ne peut se faire sans une réconciliation vraie. Et merci à vous pour cette opportunité.

Propos recueillis par Jack Koné/Ouest-info.net

Abonnez-vous à notre newsletter
Entrez votre e-mail pour recevoir un récapitulatif quotidien de nos meilleures publications.