4ème édition du festival « Rap Sangawili » de Bobo : les organisateurs dévoilent les grandes lignes

Les organisateurs du festival « Rap Sangawili » de Bobo-Dioulasso ont organisé ce lundi 28 septembre au centre culturel les Bambous une conférence de presse pour annoncer la tenue prochaine de la 4ème édition du festival.

Déjà, les inscriptions qui avaient démarré depuis le 03 septembre ont pris fin le 26 septembre. Tout juste après la conférence de presse, les candidats retenus ont bénéficié d’une formation sur place au centre culturel les Bambous.

La cérémonie d’ouverture du festival Rap Sangawili interviendra le 04 octobre prochain à la place Tiefo Amoro. Cérémonie qui sera suivi de la première manche éliminatoire. La deuxième manche quand à elle, aura lieu le 10 octobre à Colma. Le lendemain 11 octobre, on aura les 1/4 de finale.

Du 14 au 15 octobre, une autre session de formation est au programme au « Bambous » avec les candidats retenus pour les 1/2 finale. C’est le 17 octobre que l’école Diarradougou va accueillir ces 1/2 finales.

Le festival proprement dit débute le 22 octobre au plateau de Yeguere et se poursuivra le lendemain 23 octobre avant le grand concert live suivie de la clôture du festival le 24 octobre au théâtre de l’amitié où les prix seront remis aux lauréats.

Cette année, l’innovation majeure tourne autour de la moto qui sera offert au vainqueur du festival. Une première ; car pour les éditons précédentes, le vainqueur ne recevait pas de récompense.

Ce sont les organisateurs qui se  chargeaient de produire une œuvre musicale et un clip pour le lauréat. En plus de l’enregistrement de son œuvre, le vainqueur de cette édition aura donc une moto.

Autre innovation, c’est l’implication de plusieurs anciens rappeurs qui viendront faire du coaching pour les artistes en herbe.

 « Notre objectif est de parvenir, à travers  travers le festival Rap Sangawili, à avoir une identité de RAP qui sera propre aux bobolais de sorte à ce que  dès qu’on l’écoute, qu’on sache que c’est du Rap  » made in Bobo », a indiqué Diafodé Kaba Diakite du comité d’organisation.

Le festival arrive à un moment ou la pandémie à coronna virus fait une remontée. Les organisateurs travaillent autant que possible à faire respecter les mesures barrières édictées par le gouvernement.

Des cache-nez sont en production pour doter les festivaliers. Un échantillon a même été présenté aux journalistes.

Ben Idriss

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire