3ème édition du festival international des patrimoines immatériels: du 1er au 8 novembre 2020 à Bobo

La 3ème édition du festival international des patrimoines immatériels se tient du 1er au 8 novembre 2020 à Bobo-Dioulasso. En prélude à l’évènement, les organisateurs ont animé une conférence de presse pour annoncer les couleurs de cette édition. C’était le jeudi 29 octobre 2020.

Du 1er au 8 novembre 2020, le quartier Sikasso Sira de Bobo-Dioulasso  va abriter la 3ème édition du festival international des patrimoines immatériels. Placée sous le thème « le rameau du peuple lobi, sept cultures qui nous sont racontées par les âges, les hommes, les objets et par les rites », cette édition consiste à aller à la découverte du rameau du peuple lobi.

Pour ce faire, des rencontres avec des personnes ressources détentrices du savoir lobi sont prévues. Ces personnes seront par la suite invitées à faire découvrir les coutumes et les cultures du peuple lobi, à la population de Sikasso Sira et de Bobo-Dioulasso pendant la période du festival.

Cette année, explique François Moise Bamba, le festival va toucher tous les secteurs de l’arrondissement n°1 de la ville de Bobo-Dioulasso, avec des interventions dans les écoles de l’arrondissement. Aussi, les domiciles de certaines personnalités ciblées seront également des lieux  de danses traditionnelles et de contes.

A en croire le conférencier, l’objectif visé par le festival c’est de ressusciter les coutumes et faire savoir à l’opinion publique nationale et internationale qu’elles existent au Burkina. François Moïse Bamba justifie donc la tenue du festival par le fait que dans les villes, les coutumes ont tendance à disparaître.

Cependant l’organisation de l’évènement rencontre des difficultés dont la principale est la mobilisation des fonds. « Le ministère de la culture m’a promis 1 million de franc CFA mais à 4 jours du festival, les fonds ne sont pas encore disponibles » a-t-il fait savoir avant d’inviter les bonnes volontés à soutenir ces genres d’initiative pour ne pas que les coutumes  »meurent » au Burkina Faso.

LD

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire