3ème édition des journées historiques de la danse : du 23 au 26 janvier 2020 à Bobo

La ville de Sya va abriter du 23 au 26 janvier 2020, la 3ème édition des journées historiques de la danse. C’est au cours d’une conférence de presse, animée ce 15 janvier 2020 par l’association rencontres professionnelles des danseurs de Bobo-Dioulasso, initiatrice de ce festival, que l’information a été rendue publique.

« Ecrire l’histoire intergénérationnelle des artistes du Burkina ». C’est sous ce thème que va se tenir cette édition des journées historiques de la danse. Ce festival, selon le directeur Filibert Tologo, vise à valoriser et promouvoir la danse sous toutes ses formes.

A en croire le premier responsable, l’évènement culturel retrace l’histoire de la danse de 1960 à nos jours, sur deux sites essentiellement à savoir l’espace culturel et artistique  »Les bambous » et la « rue Tidiane Coulibaly », sise au secteur 9, de la ville.

Quatre (04) jours durant, il est prévu entre autre, des spectacles, des formations professionnelles qui soutiennent les danseurs en générales et les femmes en particulier, des conférences et débats avec les anciens de la danse. Sont aussi prévues des ateliers et des workshops, une caravane des masques, la nuit du balafon d’or, des danses traditionnelles, une création chorégraphique, des projections de film, des témoignages sur l’historique de la danse au Burkina Faso, des stages professionnels.

Pour la présente édition, des innovations, il n’en manque pas. Et au directeur du festival de faire savoir que ces innovations sont essentiellement l’organisation du stage professionnel et la danse des femmes. En outre dit-il, « nous avons la chance cette année d’accueillir des compagnies qui viennent de la Suisse, de la Slovénie, de la France sans oublier les participants du Burkina Faso ».

Pour lui, la nuit du balafon d’or est une nouveauté qui mettra à l’honneur les plus grands balafonnistes du Burkina. Par ailleurs, le directeur dudit festival souhaite l’accompagnement des autorités au niveau local et même national pour plus de visibilité au festival car pour lui, « le but du festival est de mettre en lumière l’historique de la danse traditionnelle du Burkina en général et de Bobo en particulier ».

Estimant que l’association fonctionne sur fonds propre, le directeur du festival a signifié que l’association compte sur les bonnes volontés pour la tenue de Evènement. En sus, il dit compter sur tous pour ka réussite du festival dans la belle ville de Sya.

LD

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire