15ème Assemblée général du Réseau libéral africain: Gilbert Ouédraogo de l’ADF/RDA élu président délégué du Réseau

Les 7, 8 et 9 mars dernier à Marrakech au Maroc, une délégation de libéraux burkinabè composée de l’UPC et de l’ADF/RDA a pris part à la 15ème assemblée générale du Réseau libéral africain (RLA). Aux termes de cette assemblée générale, c’est le président de l’ADF/RDA, Me Gilbert Noel Ouédraogo qui a été élu au poste de président délégué pour une période d’un an à partir du mois de mars 2020. L’information a été donnée en présence des hommes de média ce lundi 18 mars 2019 à Ouagadougou.

Faire en sorte qu’il y ait plus de partis politiques libéraux au pouvoir, et faire du Burkina Faso le 3ème pays libéral au pouvoir en 2020. Tel est l’objectif principal du nouveau président délégué du Réseau libéral africain, Me Gilbert Noel Ouédraogo qui dit avoir pour vision de travailler à faire en sorte que le Réseau ait le statut de membre observateur au niveau de l’Union africaine voire des Nations unies.

A l’écouter, cette présidence est importante pour la région Afrique de l’ouest qui connaitra plusieurs élections présidentielles en 2020 dans plusieurs pays membres notamment le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana et la Guinée.

Pour des raisons liées à ses engagements politiques nationaux, le vice-président sortant Afrique de l’ouest, Zéphirin Diabré, qui n’a pas souhaité renouveler son mandant a, tout de même félicité Gilbert Ouédraogo pour son élection à ce poste. Selon M. Diabré, cette élection constitue un honneur pour le Burkina Faso, l’ensemble des libéraux du Burkina Faso et des libéraux de la sous-région. Il a indiqué que, le nouveau président délégué peut compter sur l’appui de l’UPC, de tous les libéraux du Burkina Faso et sur son appui personnel pour réussir cette mission importante.

A en croire aux libéraux, les échéances de 2020 s’annoncent sous de meilleures auspices pour l’opposition politique en raison de «l’échec puisant de la gouvernance du MPP». «L’opposition politique a débuté des concertations pour définir une stratégie commune et une commission a été mise en place pour tracer la feuille de route de l’ensemble de l’opposition par rapport aux échéances de 2020 afin que nous l’abordons de manière groupée dans le souci d’attaquer de tout part le MPP et de faire un coup K.O» a déclaré Zéphirin Diabré, président de l’UPC.

Pour sa part, le président délégué du Réseau libéral africain, il est temps d’essayer le libéralisme et de voir ce que le libéralisme pourra apporter à notre pays. «Nous, nous souhaitons qu’en 2020, les libéraux soient au pouvoir au Burkina Faso. Nous ferons ce que nous avons à faire et jouerons notre partition pour que les libéraux soient au pouvoir en 2020» foi de Gilbert Ouédraogo.

Et Ablassé Ouédraogo, président du parti le Faso Autrement, parti membre observateur du Réseau d’ajouter que: «nous sommes convaincus que 2020 va enregistrer un changement, une alternance tout simplement parce que, quand on regarde la façon de gouverner de Roch Kaboré et du MPP, le pays est parterre. Et quand on traverse le pays, les gens disent qu’ils se sont trompés et quand on se trompe, on revient sur de bons chemins». «Donc, 2020 verra une alternance et cette fois ci, Zeph, nous n’allons pas nous faire dribler» a-t-il averti.

A noter que le Réseau libéral africain est le plus grand réseau politique sur le continent africain car, réunissant 44 partis politiques issus de 30 pays. Elle réunit les principaux responsables libéraux africains pour créer des liens, examiner les travaux du réseau sur le continent.

Wendlasida Savadogo, correspondant à Ouaga

image_pdfEn PDFimage_printImprimer le contenu

Laisser un commentaire