Ucao-UUB : 48 nouveaux diplômés en droit prêts à servir

L’unité universitaire de Bobo-Dioulasso, de l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest (Ucao-UUB) était à l’honneur ce mercredi 30 octobre avec la sortie de 48 nouveaux diplômés au niveau de l’UFR/ SJP. Il s’agit de la 11ème promotion sortie dans cette université.

Cette année, la promotion porte le nom de Mathias Tankoano, Président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC). Ancien magistrat et ancien avocat, il à été choisi comme parrain au côté du Maire de la Commune Bouraima Sanou le co-parrain. La présidence d’honneur est revenue à Monseigneur Paul Ouédraogo, l’Archevêque de Bobo ; il était accompagné de l’évêque de Banfora, Monseigneur Lucas Kalifa Sanou.

Les deux co-parrains remettant des attestations de succès à deux (02) impétrants

L’Ucao-UUB existe voilà maintenant 14 ans. C’est une vraie intégration africaine en miniature avec la présence de 12 nationalités ( le Burkina Faso , la Côte d’Ivoire , le Mali , le Bénin , le Togo , la RCA , le Congo , la RDC , le Gabon , la Guinée , le Niger et le Tchad ). Selon les témoignages des étudiants comme ceux des autorités universitaires, la 11ème promotion n’a toujours pas été un long fleuve tranquille. En effet, dès la 1ère année en 2016, il ya eu beaucoup d’incompréhension entre ces étudiants venus d’horizons divers. La cohésion sociale n’était pas la chose la mieux partagée. Les conséquences sont amères à la fin. Sur 180 étudiants, seulement 80 élèves sont passés en classe supérieure ; les autres ayant redoublé.

Très vite, les étudiants comprendront que sans unité et sans entente, ils ne s’en sortiront point. Ils décident de mettre en place une sorte de gouvernement. La cohésion et le dialogue ainsi établit, cette promotion va même réaliser en 3ème année un taux de succès de 100%.

Maitre Mathias Tankoano, qui s’est présenté comme un produit de l’Église, à profité donner des conseils à ces filleuls. Pour lui, ce n’est pas seulement le concours de la magistrature, de l’avocat ou devenir juriste dans une entreprise, qui sont les seules possibilités qui s’offrent à ces 48 nouveaux impétrants. « Quand on a fait le droit, il ya jusqu’à 25 possibilités d’emplois qui s’offrent à vous », leur a rassuré le parrain.

Les officiels à la cérémonie

Séduit par la symbolique de l’intégration qui se dessine à l’Ucao-UUB, le Président du CSC a encouragé les étudiants et les autorités universitaires à mettre l’accent sur ce sujet car dira t-il, «  il n’y a pas d’autres issus pour l’Afrique que l’intégration des peuples ».

Le Maire de l’Arrondissement 5 de la commune de Bobo-Dioulasso, Christophe Sanou étant de la partie, le père Président de l’Ucao-UUB, le Pr Édouard ADE, à profité émettre quelques doléances notamment une voie d’accès à l’université et aussi la libération de leur espace occupé par un non lotis. Toute chose qui empêche l’Ucao-UUB selon ses premiers responsables, de dérouler comme il se doit, son programme de réalisation des infrastructures.

BIKO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *