Plaine rizicole de Bama : Une technologie pour pallier au manque d’eau

Le formateur en pleine séance de démonstration

Les producteurs de riz de la plaine rizicole de Bama (vallée du kou) ne devraient plus être confrontés à des problèmes d’eau pour leurs activités. Pour cause, une quarantaine d’entre eux ont été initié du 28 au 29 février 2019, à l’usage d’une technologie d’irrigation dénommé « Tubewell » et ce, dans le cadre du projet Technology fort African Agricultural Transformation/Water Anabler Compact (TAAT/WEC).

Les producteurs de riz de la vallée du kou, par manque d’eau, peinent à exploiter la totalité de la plaine notamment en saison sèche.

Cette situation devrait désormais, faire partir d’un mauvais souvenir. Pour cause, ces derniers ont bénéficié d’une formation en technique d’irrigation innovante.

Avec cette technologie, finis les problèmes d’eau

Appelée « Tubewell », cette technologie qui a déjà fait ses preuves dans d’autres pays de la sous-région, permet d’irriguer les parcelles avec moins de difficultés.

« Tubewell » est une technologie faite à l’aide de motopompe qui utilise la pression de l’eau pour enfoncer un tube (tuyau) de 7 mètres environ dans le sol. Ce tube est ensuite branché à une motopompe qui se chargera d’aspirer l’eau du sol avec le tube enfoncé pour enfin être drainé dans un tube externe pour l’irrigation. « Pour cette installation, pas besoin de gros moyens. Il suffit seulement d’avoir une motopompe et un puits dans les environs et se faire aider par quelques personnes à l’aide d’une barre de fer pour enfouir le tube » a signifié Dr Delphine Nati Aïssata Bama, coordonnatrice nationale du projet Technology fort African Agricultural Transformation/Water Anabler Compact (TAAT/WEC) pour qui, cette technologie permet d’améliorer de façon efficiente, la gestion de l’eau au niveau des plaines aménagées qui connaissent des problèmes hydriques.

Dr Delphine Nati Aïssata Bama, coordonnatrice nationale du projet

Ce projet selon elle, pourrait ainsi être une réponse aux difficultés de l’agriculture africaine en générale et burkinabè en particulier. « Ce projet peut se présenter comme un début de solution aux problèmes d’eau rencontrées surtout au niveau des plaines aménagées car son objectif est de transformer sinon révolutionner l’agriculture africaine comme ce qui s’est passé au niveau du continent asiatique » a-t-elle martelé.

Le projet Technology for African Agriculture Transformation/Water Enabler Compact (TAAT) est un projet financé par la Banque Africaine de Développement (BAD). Il intervient dans plusieurs secteurs en lien avec l’agriculture dans 33 pays africain dont le Burkina Faso.

La formation des producteurs de riz de la vallée du Kou, s’inscrit dans le cadre de son volet « compact eau ou WEC» qui concerne la gestion de l’eau et officiellement démarré au Burkina Faso en 2018.

Le projet TAAT/WEC a une durée de 3 ans renouvelable. Après Bama, d’autres plaines aménagées du pays bénéficieront de cette formation.

AT

Laisser un commentaire