Bobo : la 15ème édition de la fête du chitoumou bat son plein

L’édition 2019 de la fête du chitoumou, 15ème du genre, bat son plein à Bobo-Dioulasso depuis le 2 septembre dernier et ce, jusqu’au 8 septembre prochain.

Promouvoir le chitoumou encore appelé chenille du karité ; c’est l’objectif principal de l’initiation de cette foire d’exposition et de vente de cette bestiole issue de l’arbre du karité depuis maintenant 15 ans par l’Association pour l’Epanouissement de la Commune de Bobo-Dioulasso (AECB).

« Le Chitoumou et le péril des pesticides » ; c’est sous ce thème  que cette édition, organisée pour la première fois en collaboration avec la commune de Bobo-Dioulasso, bat son plein depuis le 2 septembre dernier.

Des innovations, il y en a pour cette édition de la fête du chitoumou. Ce sont entre autres, la composition paritaire du comité d’organisation avec des agents de la commune ; le retour des prix c’est-à-dire le « chitoumou d’or », le « chitoumou d’argent » et le « chitoumou de bronze » en art culinaire et exposition-vente ; la mise en place d’un plateau artistique durant la manifestation ; des prix pour les meilleurs danseurs de balafon (homme et femme).

Tout comme Lassina Sanon, président de l’association initiatrice de cette manifestation culturelle, le 4è adjoint au maire, chargé des questions culturelles et environnementales, a exprimé sa fierté de voir la commune de Bobo-Dioulasso abriter cet évènement qui selon lui, est « hautement culturel et identitaire pour le peuple bobo et allié ». « De la même manière que nous avons des habitudes alimentaires qui nous viennent de l’étranger, nous devons faire en sorte que notre chitoumou aussi traverse nos frontières pour que nous puissions bénéficier des retombées de ce label » a signifié Alain Sanou.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle dit-il, que le conseil municipal a décidé d’accompagner cette activité qui fait la promotion du chitoumou. « Cette activité revêt une originalité incontestable du fait que le chitoumou constitue  le label alimentaire de la ville de Bobo-Dioulasso » martèle-t-il.

Abdou Sanon

Laisser un commentaire